Marielle Potvin, orthopédagogue / marielle.potvin@gmail.com


Pour voir l’éducation autrement

 

 

Logo_Clair2010Septembre se termine et déjà, je pense à cet événement de janvier 2010 auquel j’ai tellement hâte de participer!

Vous n’avez jamais entendu parler du Centre d’apprentissage du Haut-Madawaska?  Vous ne perdrez pas une seconde des quelques minutes que vous prendrez à lire ce qui suit :

Dirigée par M. Roberto Gauvin, cette école  privilégie l’intégration des technologies de l’information et des communications (TIC) dans l’enseignement parce qu’elle favorise de meilleurs apprentissages, le développement de compétences et d’habiletés qui permettront aux élèves de faire face aux défis de l’avenir. Tous les gens de la communauté de Clair peuvent visiter leurs blogues et  encourager les élèves en laissant des commentaires. 
Vous pouvez visiter le site de l’école à cette adresse :  http://cahm.nbed.nb.ca

En tout temps, il peut être très intéressant de visiter cette école et de se laisser influencer par sa pédagogie et ses réussites.  Mais il se prépare ces jours-ci un événement qui rassemblera, à l’ échelle internationale, les gens intéressés à connaître le fonctionnement de cette école tout à fait particulière. En fait,  comme l’a si bien décrit M. Mario Asselin  dans une conférence, il s’agit d’un coin perdu, au Nouveau-Brunswick, où on retrouve l’établissement scolaire le plus techno au Canada .  Ce n’est pas rien !   

Voyez ceci:   http://multimedia.cyberpresse.ca/cartable/index.html    (un pur délice! )

Nous apprenions il y a quelques jours que M. Marc Prensky a accepté de se joindre à cet événement.

 Prensky

Mais qui donc est ce Monsieur Prensky?

Dans un essai publié en ligne en 2001 (Digital Natives, Digital Immigrants), Marc Prensky, auteur, chercheur, consultant et concepteur de jeux vidéo, ne pouvait que constater à quel point les élèves d’aujourd’hui diffèrent de leurs enseignants.

Selon lui, «ces jeunes sont de la toute première génération à avoir grandi avec les outils numériques. Depuis leur naissance, ils se sont approprié et ont maîtrisé ces « instruments » que sont les ordinateurs, les jeux vidéo, les baladeurs numériques, les caméras vidéo et les appareils photo numériques. Ils sont de cette génération qui n’a pas connu un monde sans Internet, et surtout, sans Web. Tous ces outils font dorénavant partie de leur vie. Et cela a comme impact qu’aujourd’hui, ces natifs du numérique pensent et assimilent l’information d’une tout autre façon que nous, simples immigrants du monde numérique.»

Or, ces technologies, qu’on le veuille ou non, sont à la base d’un des plus importants problèmes que connaît le monde de l’éducation: pour ces natifs du numérique, les passeurs de connaissances que sont les enseignants «parlent» un langage antédiluvien qui n’a rien à voir avec celui des jeunes aujourd’hui.

Bref, selon Prensky, «le monde de l’éducation fait face à un défi considérable»: comment s’assurer que les natifs et les immigrants puissent se comprendre et dialoguer dans un univers en rupture? Et au lieu de bannir certaines de ces technologies de la salle de classe, ne serait-il pas mieux de favoriser leur appropriation dans un contexte d’apprentissage afin que, par exemple, le téléphone cellulaire avec appareil photo et caméra numérique intégrée, qui semble terrifier tant de professeurs, puisse se métamorphoser en un puissant outil didactique, tout comme les jeux vidéo d’ailleurs. Une approche que n’aurait sûrement pas reniée le professeur Seymour Papert, ce protégé de Jean Piaget.

Alors que la réforme scolaire est toujours remise en question, comment convaincre l’école  que ces outils technologiques sont un complément aux outils que nous connaissons et utilisons depuis toujours, bref, davantage une occasion plutôt qu’une menace?

Comment adapter l’école afin que les enseignants puissent prendre conscience qu’ils ne sont plus les dépositaires uniques de la connaissance, que les changements se produisent à une vitesse si accélérée qu’ils doivent aussi avoir l’humilité d’accepter que les jeunes soient à leur tour des passeurs de connaissance?   Tout un défi.

Le problème selon Prensky, c’est que, trop souvent, les décideurs ne peuvent pas savoir pas ce qu’ils ne savent pas — «They don’t know what they don’t know» — et on ne peut les blâmer d’être dépassés par ces transformations.

Marc Prensky donne aussi l’exemple de ces institutions scolaires et de leur corps professoral qui se méfient de Wikipédia au point d’en interdire la consultation. «Au lieu d’interdire Wikipédia, pourquoi ne pas adopter une nouvelle approche face à cette encyclopédie en ligne? Leur démontrer que Wikipédia n’est pas une finalité en soi, mais un point de départ. Mais surtout, pourquoi ne pas les inciter à devenir eux-mêmes des contributeurs?
Ainsi, on développe leurs habiletés à la recherche et à l’écriture. Et c’est par la suite que les enseignants peuvent servir de guide afin de vérifier si le texte est bien écrit et que la recherche couvre bien le sujet. Communiquent-ils efficacement? On constate ici que pour la rédaction de ce qui semble être une simple entrée dans Wikipédia, les jeunes peuvent développer des réflexes qui s’apparentent à ceux des journalistes.» Cette approche permet aussi aux professeurs de comprendre le fonctionnement de Wikipédia, et donc d’expliquer aux élèves comment s’approprier l’outil correctement afin de bien structurer leur discours.

Aussi, peut-on imaginer aujourd’hui une classe dont tous les élèves posséderaient un téléphone intelligent? On y arrivera un jour, selon Marc Prensky. C’est inévitable. Malgré toutes les résistances qu’elle déploie, l’école ne pourra jamais empêcher ces changements.

Vous aimeriez y participer aussi ?   Cet événement est ouvert à tous. 
Il s’agit de s’y inscrire, en suivant ce lien: http://clair2010.wikispaces.com/
À Clair, c’est toute la communauté qui attend notre visite 🙂

Entre-temps, prenez encore quelques instants pour écouter ce jeune homme inspirant:

Intéressant, non ?

Marielle Potvin, orthopédagogue
marielle.potvin@gmail.com
450-687-8181

Advertisements

4 commentaires so far
Laisser un commentaire

J’y serai 🙂 Ne reste que les modalités de l’inscription à fixer avec mon école… à venir début janvier !

Commentaire par slyberu

Continuons de diffuser l’information. Toute la communauté de Clair nous attend, semble-t-il! Peut-être que ce sera une première qui instaurera une tradition…
On se voit là-bas!

Commentaire par mariellepotvin

Merci pour ce beau vote de confiance. Nous avons bien hâte de vous y accueillir. Je crois que la conférence sera propice à plusieurs échanges qui seront aussi provoqués par la conférence de Prensky, la foire pédagogique et par les ateliers/tables rondes de samedi. Nous voulons aussi prendre du temps pour que le réseau, notre réseau, continue de se développer et puisse échanger avec l’idée de voir l’éducation autrement… Merci de diffuser…

Au plaisir !!!

Commentaire par R Gauvin

C’est avec plaisir que je constate qu’après avoir présenté votre Centre d’apprentissage un peu partout dans le monde, vous obtenez enfin la reconnaissance et la notoriété que vous méritez bien, dans votre propre pays.
Salutations à toute votre belle équipe !

Commentaire par mariellepotvin




Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :