Marielle Potvin, orthopédagogue / marielle.potvin@gmail.com


Coming out (3ème partie)
23 octobre 2009, 22:40
Filed under: je me présente, orthopédagogie, plaisir de lire | Étiquettes:

 

J’étais ce matin dans la classe de M. Pierre Poulin, en visite dans l’hyperclasse .  Belle expérience d’une rencontre avec des élèves d’une classe unique en son genre, et leur enseignant.  

 M. Poulin proposait aux élèves un choix entre deux sujets de recherche, soit les Jeux Olympiques et l’Expo 67.  Images à l’appui,  je me suis instantanément souvenue de cet été ’69 , que j’ai en grande partie passé au Pavillon de la France de cette même Exposition.  Le Pavillon de la France, MMMadamme !!!!!   C’était, pour l’époque, une des plus intéressantes bibliothèques qu’il m’ait été donné de fréquenter. Et sûrement la plus belle collection de BD au monde !  Tout y était, et j’y ai tout parcouru. Gaston LaGaffe, Astérix, Tintin, Achille Talon, Bécassine, nommez-les, ils y étaient.

Je m’étais débrouillée pour obtenir un passeport pour mon anniversaire, à l’été de mes 12 ans. J’avais de bons arguments:  je descends au métro Île Ste-Hélène et je me voilà rendue. Partout, des guides peuvent m’indiquer mon chemin sans que j’aie l’air perdue. C’était normal d’avoir l’air perdue, à cette exposition 😉

Mme Louise avait si bien fait son travail que je pouvais maintenant lire presque couramment. D’exercices de suites séquentielles en activités de conscience phonologique, d’activités de discrimination entre le u et le n, le b et le d , les accents aigus et graves, un monde venait de s’ouvrir à moi.  Elle avait même eu l’ingéniosité de me faire dessiner des lettres géantes au tableau noir, avec une guenille mouillée, trempée dans un seau.  Mme Louise savait que le corps se souvient.

Je n’étais pas la seule à détenir un passeport, cet été là.  Il est arrivé à quelques reprises qu’on m’aborde pour me demander une information. Me voyant toujours au même endroit, chaque fois qu’ils y venaient, certaines personnes ont cru que j’y travaillais, malgré mon jeune âge.  Je m’étais fait comme un nid, un endroit de prédilection près d’une grande baie vitrée d’où le soleil ne tapait jamais trop fort, qu’on soit à 10h du matin ou à 4h de l’après-midi. C’est ça, je devais bien y lire six heures par jour.

Au début, je me souviens que je m’attardais surtout aux bandes dessinées. Comme dépannage, je me servais des images.  Graduellement, je me suis mise à dévorer toute la Bibliothèque Rose, Bleue et Or,  et les classiques de la Comtesse de Ségur. Puis, d’autres romans ont suivi, en particulier ceux de la collection « J’ai lu ». Probablement avec un peu de butinage ici et là, j’en vins à la fin de l’été à m’y promener en ayant l’impression d’avoir à peu près tout lu.
Au moins d’avoir parcouru.

Forte de cette nouvelle habileté, j’allais aborder le secondaire avec autant (sinon plus) de culture livresque que la moyenne des élèves de mon âge. Il était temps, car je faisais partie de la première cohorte, au Québec, à passer de la 6ème année directement au secondaire. Avec un tas d’amis, mais toujours en solitaire.

Je venais d’acquérir le bien qui me serait le plus précieux . Et l’impression de l’avoir échappé belle.  Je suis passée, en septembre de cette année-là, d’une grande pas-de-talent à une des élèves les plus cultivées de mon âge, je crois. 

À douze ans, on ne pense pas à dire merci. Ma route s’est poursuivie sans que je n’aie  jamais tenté de revoir Mme Louise.  J’avais tellement de chats à fouetter au secondaire, avec mes plans A et mes plans B !

Ce n’est que quelques années plus tard, quand vint le moment d’effectuer un choix de carrière, que j’ai repensé à elle.

Mme Louise avait tracé le chemin que je suivrais toute ma vie.

Marielle Potvin, orthopédagogue
marielle.potvin@gmail.com
450 687-8181

Publicités

2 commentaires so far
Laisser un commentaire

Courageuse série de 3 billets : bravo !
Tout le long, je me suis dit: qui de mieux que qqn ayant eu des troubles d’apprentisages pour aider et comprendre ceux qui en ont 🙂

Commentaire par slyberu

C’est vrai que ça reste un geste courageux et je n’ai commencé à parler de ce trouble d’apprentissage qu’il y a une dizaine d’années. C’est fou toutes les astuces qu’on peut déployer pour camoufler une telle situation! Même s’il reste beaucoup d’informations à diffuser sur le sujet, au moins, les gens ont cessé, pour la plupart, d’associer les troubles d’apprentissage avec un déficit de l’intelligence.
C’est toujours ça de pris 😉

Commentaire par mariellepotvin




Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :