Marielle Potvin, orthopédagogue / marielle.potvin@gmail.com


Pour le meilleur et contre le pire.
21 juin 2010, 20:31
Filed under: santé mentale | Mots-clefs: ,

En faisant le bilan de l’année scolaire qui s’achève, je revois plein de beaux souvenirs d’élèves, mais aussi de collègues et de personnes inspirantes. Tous ces gens avec lesquels j’ai pu échanger, que ce soit dans des écoles, des congrès, dans les réseaux sociaux.

Des gens qui m’ont aidés à grandir, qu’ils soient grands ou petits.
Des exemples de détermination et de courage.

Je revois des parents, leur sentiment d’impuissance, parfois.
Le parcours que nous avons fait ensemble.  Tous, la même mission, le même but …

Ça, c’est le meilleur.
S’il n’y avait que le meilleur…

Hier encore, un enseignant (Pierre Poulin) me faisait parvenir un commentaire, à la suite d’ un dernier billet.  Il y relate des situations proprement  odieuses, qui se rencontrent malheureusement beaucoup trop souvent dans nos écoles.  Ça m’a décidé.

Le pire souvenir que je garde de cette dernière année scolaire est sans conteste celui qui me ramène à cet après-midi où j’avais été invitée par des parents  à participer à la réévaluation du plan d’intervention de leur fils.

J’avais rencontré ce jeune à quelques reprises. Un dossier épais comme ça!
Des problèmes de santé mentale si complexes que les parents, en désespoir de cause, avaient dû se résoudre à demander un placement volontaire en centre d’accueil.  Je le rencontrais les vendredis, quand les parents allaient le chercher pour la fin de semaine. On travaillait ensemble et j’ai appris à la connaître et à m’y attacher. Il me parlait de plus en plus souvent de ce qu’il vivait en classe…

Il avait beau me dire que les enseignants semblaient le traquer pour qu’au moindre écart de sa part, on le retourne à l’unité, je ne pouvais croire cela.
Il avait beau m’assurer qu’il devait accumuler des dizaines de points pour bénéficier du siège ergonomique qui l’aidait à se concentrer (la faible concentration étant un de ses problèmes), j’avais encore du mal à le croire.

source :http://j.mp/9WuRfd

Malgré mes demandes, et celles de ses parents, il ne m’avait pas été permis de visiter la classe de cet élève, et de constater comment il agissait en contexte de groupe. J’en avais pourtant vu d’autres, j’avais été titulaire de classes TC, quand même… Mais sous prétexte que voyez-vous, certains élèves se désorganisent au moindre changement… et bla bla bla…

Quand vint le moment, donc, de me présenter à cette rencontre, je le fis tout de même avec l’espoir de pouvoir échanger avec les intervenants en place.  Je ne trouve même pas les mots pour vous décrire le climat. Carcéral, vous dites ?

Si je prenais pour acquis que les enseignants, de prime abord, faisaient tout , ou essayaient de tout faire pour favoriser la réussite et protéger l’estime de soi des jeunes, j’étais à la bonne place pour me détromper. Autour de la table, on parlait tous le même langage, en principe, mais dans les faits, nous étions à des années-lumière. Si je croyais qu’on pouvait échanger, oubliez ça. Le plan était déjà fait, et on devait  le perpétuer, à quelques virgules près.

Perpétuer un modèle d’intervention dépassé. J’ai osé soulever qu’il serait peut-être plus approprié d’adopter une logique axée sur les apprentissages plutôt que sur la production. Parce que c’est de cela qu’il s’agit. Faire compléter des feuilles d’exerciseurs à longueur de journée sous la menace, sans faire d’apprentissages véritables.
Non seulement ils m’ont alors perçue comme une menace, mais après de brefs échanges, il a fallu que je me rende à l’évidence: nous ne pourrions échanger ensemble.

Comment échanger avec une enseignante de français qui prétend être d’accord avec le fait que donner le choix de l’activité à l’élève se résume à lui donner le choix entre deux feuilles d’exerciseurs ? Ça faisait partie du  plan d’intervention du jeune, de pouvoir, de temps en temps, exercer un choix… Voilà qui était fait. Misère !

Comment partager quoi que ce soit avec les deux enseignants qui s’échangeaient des clins d’oeil complices, se moquant de certains tics d’un autre élève de la classe, sous le regard de la direction, qui a feint de ne rien voir…

Comment apporter la moindre contribution quand le plan se résume à ce que doit faire l’élève, mais que l’approche pédagogique n’est en rien adaptée à celui-ci?
Il était inscrit que l’on ferait usage des TIC, pour encourager l’élève à progresser dans certains apprentissages.
Il avait 14 ans, le gamin. On lui faisait faire de l’ADIBOU!     Merde. De L’ADIBOU !!! On n’avait rien trouvé de mieux.

L’élève m’avait pourtant dit que ça l’humiliait.  Mais comment ne pouvaient-ils pas s’en rendre compte ?
Et le directeur, bien oui, de me dire que des milliers de dollars avaient été consacrés récemment à l’achat de logiciels adaptés. Big deal!  Il était incapable de m’en nommer qu’un seul.

Longtemps, je me suis demandée si c’était moi…

Mais en cette fin d’année, en ayant pris du recul, je peux affirmer que certaines situations existantes sont proprement indignes de la profession.

Je connaissais depuis longtemps les écoles-usines.

Cette année, j’ai fait la connaissance d’une école-prison.

Marielle Potvin, orthopédagogue
marielle.potvin@gmail.com
450 687-8181

Publicités

4 commentaires so far
Laisser un commentaire

Même si mon fils n’a pas une problématique aussi lourde ( enfin je crois ), nous avons vécu notre part de cauchemars avec certains enseignants…
Je n’ai toujours pas compris comment une enseignante, encore plus une qui avait « 25 ans d’expérience » et ayant choisi d’enseigner en adaptation pouvait oser traiter un élève de looser et de bébé.
Ou lui enlever à tous moments les privilèges et les expériences valorisantes qui lui étaient proposés pour le punir de ses échecs dans une matière.
Et quand j’intervenais, j’étais automatiquement cataloguée de mère envahissante…
Niveau travaux scolaires, à 11 ans il m’a dit « maman, je dois être débile, on me demande de relier des mots (banane, yo-yo, maison…) à des images….
Il a ensuite eu une super prof ( malheureusement pour nous partie en congé préventif). Mais à presque 14 ans, il rêve maintenant de décrocher…

Commentaire par Milou

Votre commentaire me laisse croire encore que le jour où les parents pourront devenir les véritables partenaires de l’école, ces situations ne perdureront plus. Bien sûr, ce que rapportent les enfants est parfois une question de perception, qu’il faut être prudents avant d’en venir aux conclusions. Bien sûr. Mais si les parents pouvaient être présents, physiquement, et beaucoup plus souvent, dans les classes, la compréhension serait bien meilleure et il y aurait moins place à l’interprétation, d’une part, et à l’intimidation, d’autre part.
Je vous souhaite plein de courage à vous et à votre fils, qui semble avoir la chance d’être bien entouré. Pour le reste, je n’ai pas assez de détails pour porter un jugement sur la qualité des interventions pédagogiques qu’on lui a fournies,et là n’est pas mon intention. Cependant, si vous désirez qu’on regarde ensemble quels seraient les meilleurs moyens de favoriser sa réussite, il me ferait plaisir de vous fournir quelques pistes. N’hésitez pas à me contacter.

Commentaire par mariellepotvin

C’est tellement compliqué, je le dis et je le répète l’école n’a pas été conçue pour les enfants. Les enseignants n’ont pas la capacité de répondre aux besoins des enfants qui ont des troubles d’apprentissage. Mon fils est atteint du syndrome de la Tourette, TDAH et de plus atteint d’une dyslexie mixte. Vous pouvez me croire ce n’est que 6 ans après le diagnostique que nous avons réussi à obtenir un code et quelques heures de plus de service en orthopédagogie. Lorsque l’on tombe sur de bons enseignants ils n’ont pas les outils pour aider l’enfant de façon suffisante.
Merci pour votre blogue Mme Potvin j’y trouve régulièrement des idées et des textes enrichissants pour mon fils.

Commentaire par Guylaine

Tout le plaisir est pour moi 😉
Courage dans vos démarches pour aider votre fils.

Commentaire par mariellepotvin




Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :