Marielle Potvin, orthopédagogue / marielle.potvin@gmail.com


Une atmosphère particulière
31 août 2010, 17:08
Filed under: ambiance, écriture, une école pour la vie

source : http://j.mp/bNpI0K

source : http://j.mp/bNpI0K

Je leur avais demandé de se procurer un carnet spécial. Du genre spiralé, avec un chat, un chien, n’importe quoi… Un carnet qui leur serait personnel.
Qu’ils conserveraient toute leur vie…

Celui-ci ne faisait pas partie de la liste du matériel scolaire obligatoire, mais c’est celui dont ils prenaient le plus grand  soin.

Une ou deux fois la semaine, j’écrivais au tableau, avant leur arrivée , une pensée, une citation ou un proverbe.

« Il y a toujours, dans notre enfance, un moment ou la porte s’ouvre et laisse entrer l’avenir… »     Graham Greene
(Chaque fois que c’était possible, je signais du nom de l’auteur. )

« Réfléchir, c’est déranger ses pensées. »

 » Quand je vois ce que je vois et que j’entends ce que j’entends, j’ai raison de penser ce que je pense.  »

« Personne ne prêche mieux que la fourmi, et pourtant, elle ne parle pas. « 

… et combien d’autres encore!

L’idée m’était venue, comme ça, en me rappelant à quel point je trouvais plaisir à consulter les pages roses de mon dictionnaire Larousse, quand, jeune écolière , j’avais un moment libre.

J’y trouvais quelque chose qui parlait à mon âme,  une philosophie, des paroles sages desquelles je tirais des leçons,  parfois avec lesquelles je n’étais pas  en accord mais qui souvent, me faisaient rire.

Devenue titulaire  de 2e cycle du primaire, je me laissais guider par ce qui se produisait en classe.
Un incident, une anecdote, ou un message que je voulais subtilement faire passer. Parfois, il arrivait que certains élèves me demandent  s’il y avait un lien entre la pensée du jour et l’incident en question. Je prenais alors plaisir à leur retourner la question. 😉

Aujourd’hui encore, je pense nous avoir évité, à eux comme à moi, de nombreux sermons 😉

Toujours est-il qu’il régnait dans la classe, ces matins-là, une atmosphère particulière. Nous laissions la sagesse, l’humour et la philosophie entrer en classe.    Je les revois tailler leur crayon avec minutie, écrire dans ce précieux carnet avec application…

Peu à peu, certains d’entre eux ont commencé à m’apporter des petits bouts de papier, alimentant ainsi l’inspiration des pensées du jour, comme on les nommait.

Puis, quand tout le monde avait terminé d’écrire, je  m’amusais à poser des questions du genre  » Pourquoi y a-t-il un accent aigu plutôt qu’un infinitif, dans ce cas-ci ? »   « Que veut dire ce mot ? »   « Cette pensée vous a-t-elle rappelé une situation ? »   Et quoi encore…

Je pouvais donc travailler avec eux plusieurs notions à partir de ces petites pensées.  Le plus drôle, c’est qu’elles ressortaient parfois, spontanément, au moment où on s’y attendait le moins.

Comme cette fois où je venais de complimenter un éleve , et qu’une phrase, surgie de nulle part, se fit entendre : « Les paroles vraies ne sont pas toujours belles, et les belles paroles ne sont pas toujours vraies. »   Toute la classe pouffa de rire.

En fait, j’avais la certitude de contribuer à  leur culture et au développement de leur sens critique, mieux que ne l’aurait fait un quelconque manuel.
Vous avez bien lu. J’enseignais le français sans manuel.  Et si certains pourraient croire que je manquais de matériel, laissez-moi vous dire que la plupart du temps, c’est de temps que je manquais!  La vie des jeunes qui m’étaient confiés chaque jour était si riche de toutes sortes de situations à exploiter que je n’avais, finalement, que l’embarras du choix.

Outre ces souvenirs,  je pense parfois qu’ un élève,  maintenant devenu grand, peut retrouver dans ce carnet  un morceau de son enfance.

Marielle Potvin, orthopédagogue
marielle.potvin@gmail.com


Advertisements

4 commentaires so far
Laisser un commentaire

Grand Dieu que j’aimerais faire de même… Un jour, lorsque je tiendrai les rênes de ma propre classe…

Pour l’instant, où je suis, je peux dire exactement ce que je ferai en mai si je suis encore dans cette classe… C’est peut-être rassurant pour certaines personnes, moi, ça me donne froid dans le dos!

Commentaire par Émilie

Tu es à ce point dans un carcan ? Si on te laisse une classe jusqu’au mois de mai, tu devrais avoir, selon moi, une petite marge de manœuvre qui te permettrait d’expérimenter ta propre approche pédagogique,non ?

Commentaire par mariellepotvin

Je ne serai pas dans cette classe jusqu’en mai 😉

Le prof revient très bientôt en retour progressif sur quelques semaines. Si le retour est un succès à Noël, je serai ailleurs 🙂

Sinon, on négociera serré! 😀

Commentaire par Émilie

Bonne chance Émilie !

Commentaire par mariellepotvin




Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :