Marielle Potvin, orthopédagogue / marielle.potvin@gmail.com


Le Club des trente
21 mars 2011, 23:30
Filed under: influences, médias sociaux, MELS | Étiquettes: ,

Toujours rien…
Pas un seul gazouilli!Ça peut être gênant d’arriver comme ça, toute seule, dans une gang qu’on ne connait pas…Ça doit être ça. Je comprends. Les premières fois, on doute même de leur existence. On ne sait pas qu’ils existent ‘pour-de-vrai’

Un jour, vous aurez peut-être l’occasion de demander à @sbrousseau (quand vous voyez quelque chose de souligné, comme ça, cliquez dessus et une nouvelle fenêtre s’ouvrira pour vous donner plus de détails) comment j’ai alerté tout le quartier la première fois qu’il m’a téléphoné!!

C’est normal.

À la suite du dernier message que je vous ai adressé, un jeune homme que vous auriez tout avantage à connaître m’a fait parvenir en commentaire une liste des trente Canadiens francophones les plus influents dans le milieu de l’éducation.

Je me fais donc un plaisir de vous en présenter les dix premiers, question de briser la glace…

1. @JeanBoileau
Vous connaissez sûrement Jean… il est directeur des communications et du recrutement de l’Université du Québec en Outaouais (@UQO). Il adore l’actualité, les relations publiques et la publicité. On dirait qu’il est partout, toujours. À moins que ce ne soit l’inverse. La région de l’Outaouais lui doit principalement la création et l’organisation du Festival de montgolfières de Gatineau.

2. @Alex_Riopel
Mon ami Alex est un enseignant cherchant à répondre aux besoins changeants des apprenants par le biais de la technopédagogie. Ça a l’air simple, comme ça, mais il fait partie des gens les plus innovants qui soient. Enseigne au secondaire. Passionné d’histoire. De Joliette.

3. @slyberu
Passionné par tout ce qui touche la collaboration sur le Web dit 2.0, Web d’échange véritable par excellence – si on l’utilise à bon escient – avec tous ces outils qui foisonnent et qu’on se doit d’apprivoiser si on veut préparer pour l’avenir tous ces élèves que nous côtoyons pendant un an au moins… Enseignant au secondaire, musicien et blogueur. Son vrai nom : Sylvain Bérubé, de Québec.

4. @sebpaquet
En ce qui concerne Sébastien, je vous laisse visionner un de ses fameux Prezi, qui a pour titre « Apprendre aujourd’hui à construire la société de demain ». Ça vous donnera une idée… 🙂 Montréal.

5. @MarioAsselin
C’est le Barabbas de la Passion, en éducation! Son blogue, qu’il tient depuis 2002, fourmille d’informations et de réflexions qu’il nous offre en partage. Il nous fait apprendre, grandir et remettre en question certaines prémisses, chaque fois qu’on le lit. De Québec.

6. @zecool
Depuis quelques semaines,Jacques dirige l’équipe du Groupe des technologies d’apprentissage, de l’Université de Moncton. Toujours à l’affût des innovations pour l’apprentissage « d’aujourd’hui » (celle que trop qualifient de « demain », dit-il). Un autre blogueur très inspirant.

7. @profnoel
Du Saguenay, voici Éric Noël. Enseignant en sciences et technologie de l’environnement, il faut voir le site pédagogique qu’il offre à ses élèves. À explorer! Et ce n’est qu’une de ses réalisations. (La liste des trente, elle est de lui 😉

8. @FrancoisBourdon
J’imagine difficilement François sans Pierre Poulin (@ppoulin). Ces deux acolytes forment un duo du tonnerre en tant qu’enseignants de l’Hyperclasse. Je vous laisse prendre connaissance du lien vers cette classe techno comme pas une. Une revue de presse se trouve ici, au cas où vous aimeriez en connaître davantage. CSPI, Montréal.

9. @FrancoisGuite
François Guité n’a plus besoin de présentation pour quiconque est au fait de ce qui se développe en éducation. Enseignant d’anglais dans un Programme d’éducation internationale à Québec, il s’intéresse de très près, et depuis longtemps, aux technologies de l’information et des communications appliquées à la pédagogie. Décidément un des plus rigoureux de la blogosphère. Chacun de ses billets est à lui seul une pièce d’anthologie. Un conseil : ne commencez pas par lui. Il pourrait y avoir trop de mots nouveaux. Vous y reviendrez un peu plus tard… Et vous n’y perdrez rien 😉

10. @mariellepotvin
Moi, maintenant. Peut-être la plus étonnée de me trouver ici. Ce qui me concerne et qui pourrait vous intéresser se retrouve sur ma bio. Vous cliquez sur ma photo, dans le menu de gauche, et le tour est joué. On appelle ça un Gravatar. C’est ça, presque comme le film. Le reste est sous vos yeux, au fil des billets de ce blogue.

Ça peut vous paraître surprenant, vu la distance qui nous sépare, mais il ne se trouve que Jean Boileau, dans cette liste, que je n’ai encore eu le plaisir de rencontrer.

Je vous dis ça, comme ça, pour que vous sachiez que ce qui peut vous sembler n’être que blablas virtuels se transforme à l’occasion en rencontres réelles. On appelle ça des TweetUp. Plus ou moins isolés dans nos milieux respectifs, on forme tout de même une réelle communauté. Je peux vous tenir au courant, si vous voulez. On s’entraide, on partage des ressources, on se remet en questions et on apprend ensemble bien davantage que ce que nos formations respectives nous ont apporté.

Et puis, on n’est pas gênants… 😉

Marielle Potvin, orthopédagogue

Publicités

5 commentaires so far
Laisser un commentaire

Toutes ces personnes-là sont rendues d’une plus haute importance dans mon quotidien de professeur. Si si… c’est même rendu que je les cite, dans la salle des enseignants. Bien sûr, je dois expliquer ce qu’est Twitter, mais leurs idées entraînent nécessairement de la passion, motivation et un sentiment d’être à la bonne place pour être une actrice de changement.

Commentaire par Isabelle

Merci des bons mots, Marielle, que je reçois avec modestie. Il y a peut-être un fond de vérité, à voir le bien-fondé des commentaires que tu portes sur les autres membres de notre communauté en ligne.

Les éducateurs qu’Éric et Alexandre font valoir méritent amplement cette reconnaissance. Malheureusement, plusieurs sont laissés pour compte et mériteraient ma place, moi dont l’indice Klout est en chute libre.

Cela dit, je vais jeter quelques pavés dans la mare. J’ai voulu intervenir dès la parution de cette liste, mais Éric ayant fermé les commentaires, je me suis résolu à exprimer mon désarroi à quelques personnes en privé. Je suis ravi que tu m’en donnes l’occasion ici.

Premièrement, j’en ai contre les palmarès. Je suis étonné que nous qui avons toujours dénoncé les palmarès, notamment celui de L’Actualité, donnions dans ce genre d’inventaire.

Deuxièmement, on attend de nous, éducateurs, une certaine expertise et rigueur lorsqu’est question d’évaluation. Nous devrions nous montrer plus critiques et reconnaître que la formule utilisée par Klout n’est qu’une mesure bien relative de l’influence d’une personne, pour autant que l’influence puisse être mesurée.

Enfin, il est gros de prétendre que l’influence web d’une personne se limite à un score Twitter. Que fait-on de tous ces blogueurs qui ne sont pas sur Twitter et qui, il me semble, on une énorme influence sur le web? Et Facebook? Je connais, par ailleurs, des professionnels de l’éducation qui n’ont ni blogue, ni compte Twitter, mais dont l’influence sur les jeunes qu’ils accompagnent au fil des ans, tant dans le monde physique que virtuel, a une énorme influence sur le comportement des jeunes en ligne.

J’ai dû me lever bougon ce matin.

Commentaire par François Guité

Je partage l’avis de François et je ne me sens pas d’humeur matinale bougonne.

Je suis particulièrement d’accord avec son argument à savoir que tous les Canadiens influents en éducation ne gazouillent, ni ne bloguent pas nécessairement.

Nous connaissons tous des personnes qui font la différence dans nos écoles et dans nos institutions. Si elles utilisent les médias sociaux, elles ne le font peut-être pas (j’oserais dire)stratégiquement dans le but de maintenir, voire d’augmenter leur indice Klout…

Je pense que ce type de palmarès entre en contradiction avec les valeurs qu’on souhaite inculquer aux élèves, notamment au regard de l’évaluation et de la réussite.

Commentaire par Véronique D'Amours

Allons, ne prenez pas ce texte au sens propre;-) Il s’agissait pour moi d’une stratégie que je me suis amusée à faire pour tenter, dans ma grande naîveté, diront certains, d’inciter Mme Beauchamp à communiquer avec nous.
Je me dis toujours que je ne peux reprocher à quelqu’un de ne pas faire quelque chose si je ne m’assure pas d’abord qu’il (ou elle)sait le faire.
Je me souviens d’un temps pas si lointain où, faisant mes premiers pas dans les médias sociaux, je ne savais vraiment pas par quel bout commencer. J’y ai mis le temps, ce que Mme Beauchamp ne peut possiblement pas faire.

En lui offrant ce raccourci, c’est comme si je nous donnais encore plus la chance de pouvoir converser avec elle.
Et puis, les palmarès, je n’en pense pas moins que vous, vous le savez bien.

Prenez donc avec un grain de sel cette humble tentative mettre Mme Beauchamp au parfum.
On ne sait jamais, tout à coup ça fleurirait !

Commentaire par mariellepotvin

un article bien conçu, c’était un plaisir de le lire

Commentaire par assurance locataire meublé




Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :