Marielle Potvin, orthopédagogue / marielle.potvin@gmail.com


Le Word-Q déjà dépassé ?

Ce que je connaissais comme étant le meilleur rapport qualité/prix en aide technologique pour aider un élève en difficulté d’apprentissage de l’écriture était, jusqu’à récemment, le Word-Q.

Quelle ne fut pas ma surprise d’apprendre que DeMarque avait cessé d’en faire la distribution. 
Déçue, je me mis à la recherche de solutions de rechange.

Comme on dit, quand une fenêtre se ferme, des fois, il y a une porte qui s’ouvre 😉

Après plusieurs échanges avec DeMarque et avec M. Massicotte, de chez Linguistique Électronique Système Inc., j’ai comparé, évalué et compris.

Si, jusqu’à maintenant, mes élèves appréciaient la facilité d’utilisation, l’efficacité et l’amélioration de leurs productions écrites grâce au Word-Q, c’est dorénavant le prédicteur Médialexie qui aura leur faveur.

Richard Ayotte, un confrère blogueur, en a déjà fait un billet informatif, pendant que j’en étais encore à apprivoiser ce nouvel outil.  

J’avais déjà rejeté du revers de la main la possibilité de suggérer la barre Médialexie à  mes élèves qui ont reçu un diagnostic de trouble spécifique d’apprentissage de l’écriture (dyslexie ou dysorthographie).  Trop cher, trop volumineux, trop compliqué. La plupart du temps, c’était vrai.  Plus maintenant.

Le Prédicteur Médialexie réunit les fonctions essentielles dont un élève a besoin pour progresser, améliorer ses performances et favoriser un plus grand engagement de sa  part.

Ces fonctions faisaient déjà partie du logiciel Médialexie, mais pour y avoir accès, il fallait installer La Barre Intégrale (en version Classic, Premium ou Prélude), ce qui n’est plus le cas.

Du coup, le Prédicteur Médialexie devient un outil plus abordable et en fait le premier prédicteur à prévalence phonétique. Il faut voir les saisies d’écran que nous présente DeMarque ou visionner cette vidéo pour saisir la puissance de ses fonctionnalités.

Le Prédicteur Médialexie est admissible aux mesures de financement du  Programme d’Allocation pour les besoins particuliers  proposées par le gouvernement québécois. Il peut aussi être utilisé lors des examens ministériels administrés par le Ministère de l’éducation.

Je termine en citant un extrait de l’excellent livre de Nadia Rousseau , qui est en fait un guide destiné aux enseignants et aux autres professionnels de l’éducation, quant aux technologies d’aide que l’on peut offrir aux personnes atteintes d’un trouble d’apprentissage:

 »Enseignants, cessez d’avoir peur.
Sautez dans l’action et apprenez à utiliser ces outils.
Débutez lentement; ça prend du temps et de la planification pour transformer sa classe en une classe technologique.
N’utilisez pas les technologies comme récompense ou activité libre pour les élèves.
Offrez-leur plutôt un programme technologique qui leur présente des défis.
N’attendez pas de miracles.
La technologie ne remplace pas le travail de l’enseignant.
Les technologies sont des outils puissants lorsqu’ils sont utilisés par des enseignants efficaces. »

On ne pourrait mieux dire.

Marielle Potvin, orthopédagogue 

Advertisements

13 commentaires so far
Laisser un commentaire

Intéressant, je n’ai pas encore eu l’occasion d’utiliser Médialexie et votre billet m’encourage à faire la démarche de l’essayer.
En délaissant WordQ pour Medialexie est-ce que le prix de ce dernier a été réajusté??

Commentaire par Denise St-Pierre

Le Prédicteur de Médialexie est vraiment plus abordable que sa version originale, avec toutes les autres fonctions qui y étaient incluses.
Je n’ai pas tous les détails concernant les prix, et vous pourrez les obtenir en contactant DeMarque, par courriel, à l’adresse suivante: info@demarque.com

Je vous invite toutefois à ne pas considérer que le facteur prix. Sa technologie unique et brevetée confère deux avantages uniques:

1. La prédiction des mots est basée sur la phonétique. Cette technologie permet à tous, y compris aux personnes souffrant d’un trouble grave d’écriture, de rédiger sans embûche.

2. Le Prédicteur Médialexie intègre également une fonctionnalité appelée l’ « Écriveur » (technologie deux fois brevetée) qui peut instantanément transformer un mot (ou une phrase, un paragraphe…) écrit au son en un mot bien orthographié.

Au plaisir!

Commentaire par mariellepotvin

Merci pour l’information. J’enseigne à la maison à mes enfants et j’aimerais savoir à quel âge l’enfant peut commencer à se servir de ce programme. Ma fille a 6 ans et est dysphasique, dyspraxique orale, dysorthographique avec un déficit d’attention.

Merci.

Commentaire par Sylvie

J’aimerais pouvoir vous répondre de façon précise, mais chaque enfant ayant un rythme d’apprentissage différent, ce n’est qu’à l’essai que nous pourrions voir si votre fille est prête. À six ans, cependant, c’est habituellement un peu jeune. Il faut d’abord travailler la conscience de l’ordre des sons dans les mots, l’association de chaque son avec les graphies correspondantes et ensuite l’outiller avec les aides technologiques appropriées.
Chez un enfant en trouble d’apprentissage, je ne saurais conseiller une méthode ou un outil quelconque sans avoir évalué les capacités de l’enfant, de concert avec son parent. Ce n’est qu’à ce moment que je pourrais, en toute conscience professionnelle, recommander ce qui lui serait approprié pour favoriser ses apprentissages.

Commentaire par mariellepotvin

Bonjour,
Vous pourriez associer les recommandations de l’orthopédagogue et de l’orthophoniste. Un travail de concert est plus efficace !

Commentaire par Géraldine

Bonjour. Je pourrais, en effet. Mais il se trouve que les orthophonistes ont tout le loisir de venir commenter, eux aussi, les billets que je mets en ligne sur ce blogue.
Si vous en faites partie, je vous invite à nous donner votre avis. Nous pourrons échanger et inviter les lecteurs à le faire aussi. Comme vous dites, le travail d’équipe est essentiel lorsqu’on est impliqué dans le dossier d’un même élève.
C’est effectivement ce que j’ai en tête chaque fois que l’occasion m’est donnée de travailler de concert avec un autre spécialiste.
Vous avez bien fait de souligner cet aspect. Merci de votre apport.

Commentaire par mariellepotvin

Bonjour Mme Potvin,

Je suis tombée par hasard sur votre page- nous travaillons avec Médialexie depuis longtemps à la clinique et en sommes enchantés. J’aimerais pouvoir entrer en contact téléphonique avec vous car nous recherchons une orthopédagogue telle que vous (intéressée et connaissant les TAC) pour notre clinique spécialisée de la Rive-Sud (clinique Churchill des troubles d’apprentissage et du langage). Contrairement au réseau, nous avons des orthophonistes, mais pas d’orthopédagogue..

au plaisir de vous lire !
Catherine Dumont, PhD, neuropsy et co-fondatrice clinique churchill

Commentaire par catherine dumont

Bonjour Mme Dumont,
Comme vous pouvez le lire dans la présentation qui accompagne ma photo dans le menu de gauche, j’ai moi-même fondé un Centre d’apprentissage…sur la Rive-Nord de Montréal 😉 Mon numéro de téléphone s’y trouve aussi.

Merci et à bientôt!

Commentaire par mariellepotvin

Bonjour madame Potvin,

J’avoue être étonnée de votre message. Il est vrai que le réseau de distribution du WordQ a vu des remaniements ces dernières années, mais la compagnie DeMarque n’était pas le seul revendeur de ce logiciel. Magie-Mots est revendeur autorisé depuis plus de 5 ans et Math et Mots Monde le distributeur depuis 3 ans. Nous offrons les deux points de revente autorisés au Québec.

Autant il est vrai que le Médialexie offre lui aussi un prédicteur intéressant, il n’est pas le seul prédicteur existant sur le marché. Affirmer que le WordQ est dépassé par celui-ci est un peu rapide comme conclusion.

En fait, autant le Wody que le Médialexie, le WordQ et la Lexibar ont des avantages pour certains jeunes autant c’est à nous, professionnels qu’incombe le devoir de nous mettre au courant et de connaitre la différence entre chacun de ces prédicteurs. Nous venons d’aileurs de donner une formation aux professionels dans ce sens.

Chaque prédicteur a des qualités et des fonctions qui leur sont propres et qui peuvent donc répondre à des besoins spécifiques. Un prédicteur peut-être bon pour un étudiant et moins bon pour un autre. Affirmer haut et fort qu’un WordQ est meilleur ou moins bon qu’un Médialexie (ou qu’un Wody ou qu’une Lexibar) est délicat. Il faut faire cette distinction en fonction des jeunes ou du jeune concerné et c’est de leurs/ses besoins que doit partir la démarche de recherche d’outils adaptés.

Myriam Mathon, orthophoniste

Commentaire par Myriam Mathon

Bonjour Mme Mathon. Mon dernier billet de blogue vous intéressera peut-être. Il répond, du moins je l’espère, à vos préoccupations.

Commentaire par mariellepotvin

Bonjour, Nous nous heurtons à un «problème…..»….Notre fils de 15 ans….qui avait jusqu’au printemps dernier toujours été considéré comme un TDAH sévère + ou – Tourette a finalement eu une explication à ses problèmes! Dysorthographie lexicale, dyspraxie et dysgraphie avec syndrome de type hémisphère droit….donc après évaluation des différents outils et pour répondre à ses différents besoins….nous avons opté pour Médialexie mais l’école privée qu’il fréquente nous annonce qu’il ne pourra utiliser cet outil pour l’examen de francais écrit de sec 5 ??? Cette réponse nous parait tout à fait en désaccord avec tout ce que nous avons lu et appris sur ce logiciel….qu’en pensez-vous ?? Etre parent d’un enfant avec des troubles d’apprentissages est parfois une longue…très longue bataille !!!!

Commentaire par Danielle

En effet. Un véritable parcours du combattant, ce que vous vivez.
Ce n’est que le manque d’informations, à mon avis, qui apporte cette résistance de la part des établissements scolaires. Au départ, Médialexie est vu comme un outil compliqué. Ce ne sont pas tous les intervenants qui sont à jour et qui connaissent les fonctions simplifiées, extraites de la barre d’outils d’origine et maintenant disponibles sur clé USB.
Légalement, il n’y a aucune raison pour que votre fils ne puisse utiliser ses aides technologiques, les mêmes qu’il utilise pour accéder à la réussite scolaire. La résistance n’est jamais bien loin, et de plus, ce qui est permis dans un établissement scolaire ne l’est parfois pas dans un autre…
Je m’informe auprès de sources fiables, à savoir ce que vous avez comme recours. Je vous reviens sous peu avec une suggestion de démarche.

Commentaire par mariellepotvin

Bon. Je n’osais pas l’affirmer haut et fort, mais je m’en doutais bien. Le fait de refuser l’utilisation de ses aides technologiques à votre fils lui est préjudiciable pour sa diplomation de 5e secondaire.
Voici donc le document qui en fait foi. Celui-ci m’a été transmis par un conseiller pédagogique en adaptation scolaire. Il s’y connait.

http://bit.ly/1cQSyNh

Le seul élément que j’aimerais ajouter, est de vous assurer qu’un plan d’interventions est élaboré pour votre fils, et que les aides technologiques qui lui ont été recommandées y figurent.

Si celles-ci n’en font pas partie, il sera difficile de lui permettre de les utiliser lors de ses examens.

Bon courage!

Commentaire par mariellepotvin




Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :