Marielle Potvin, orthopédagogue / marielle.potvin@gmail.com


Gens d’éducation, manifestons!

Je vais chez Réno-Dépôt pour acheter un barbecue.
En me dirigeant vers le rayon concerné, je passe devant un présentoir animé par un charmant vendeur qui veut m’intéresser à son nouvel arrivage de boulons inoxydables hi-tech en titanium en spécial à deux pour un cette semaine.

Je ne m’arrête même pas. je vais acheter mon barbecue.

Mais, de retour chez moi, en montant le barbecue, je m’aperçois que les boulons sont de mauvaise qualité et se fendillent au montage.
Je retourne chez Réno-Dépôt. Et je n’ai plus le même regard sur les fameux boulons …

Avant, c’était des objets, des savoirs extérieurs, des éléments de l’inventaire, des connaissances.
Maintenant, ce sont des ressources. Parce que, maintenant, elles ont du sens et répondent à un besoin.

Comme le vendeur, l’enseignant perd son temps à vouloir vendre des savoirs non contextualisés, vendus pour eux-mêmes.

Pour que l’apprentissage puisse commencer, il faut d’abord que les savoirs soient vus comme des ressources par l’élève. Et donc qu’ils aient du sens. Pas « un jour », « plus tard », « quand tu seras au cegep ».

 

Maintenant, avant même de se mettre au travail.


Imaginons maintenant  la situation suivante:

La tâche:
Avec un garde-manger bien garni, nourrir une famille pendant un mois en utilisant tous les aliments.

L’approche traditionnelle, centrée sur la matière:
Le garde-manger comporte 30 tablettes et le mois compte 30 jours. La planification exige donc de vider une tablette par jour. L’avantage, c’est qu’on sait toujours si on est en avance ou en retard sur le programme et qu’on est pratiquement certain de le couvrir au cours de l’étape. L’inconvénient (mais on n’a rien pour rien!), c’est que le jour où c’est la tablette des condiments qui est planifiée, on mangera du ketchup au déjeuner, de la moutarde au dîner et de la mayo au souper. Mais bon, faut ce qu’il faut.
Qui a dit que manger devait être un plaisir?

L’approche réforme:
La planification repose sur des repas équilibrés, dont les ingrédients puisent toujours dans chacune des tablettes. L’inconvénient, c’est que c’est pas mal compliqué de savoir quel pourcentage de matière a été couvert chaque jour. Mais les gens auront conservé le goût de manger et, à la fin du mois, on aura malgré tout vidé le garde-manger.

Et maintenant…

 

Une conductrice et un conducteur sont placés, séparément, devant la même tâche: arriver à l’heure à un rendez-vous dans une ville inconnue, à la topographie tordue et en disposant seulement de vagues indications routières.

L’un comme l’autre, c’est inévitable, continuent tout droit alors qu’il aurait fallu tourner, ou prennent à droite alors que c’est à gauche qu’il aurait fallu virer. Pourtant, la conductrice arrive à l’heure, alors que le conducteur se perd irrémédiablement.

On peut inférer que, devant ce problème, la conductrice a été plus compétente que le conducteur.

D’où lui vient cette compétence plus grande?

Tout simplement de sa capacité à évaluer elle-même sa propre navigation et à prendre conscience qu’elle s’est peut-être trompée. Elle s’arrête dans un dépanneur pour se faire remettre sur la bonne route, tandis que le conducteur s’obstine à essayer de respecter les indications (qu’il a probablement mal notées!).

Dans cet exemple, c’est la capacité métacognitive de la conductrice qui a fait toute la différence.

Il en va de même en apprentissage. Il n’est pas suffisant que l’élève fasse: il faut aussi qu’il réfléchisse à ce qu’il fait. La conscience de la portée et des limites de sa propre compétence fait partie intégrante de la compétence; c’est même une condition essentielle du développement de cette compétence.

Ne pas savoir, mais savoir qu’on ne sait pas, c’est savoir davantage que savoir sans savoir que l’on sait...

J’ai piqué ces exemples chez DISCAS, qui  fut un bureau privé de consultation pédagogique québécois qui oeuvra dans le monde de l’éducation de 1987 à 2006. Pour l’essentiel de ces années, il a été constitué de deux consultants-pédagogues: Jacques Henry et Jocelyne Cormier. Aujourd’hui retraités, ils ont mis fin aux activités professionnelles de DISCAS en juin 2006.

J’ai toujours plaisir à relire leurs écrits, que l’on peut retrouver ici .

Tout ça pour vous inviterà poursuivre une réflexion essentielle, en vous apropriant le Manifeste pour une école compétente.

Manifeste pour une école compétente , dont vous trouverez la source ici, est le résultat de la collaboration de professeurs et professeures en sciences de l’éducation de toutes les universités au Québec, tant francophones qu’anglophones.
Ils y affirment à la fois la nécessité de faire de l’éducation une priorité et le souhait qu’elle continue d’être innovante et créatrice, qu’elle contribue au développement global de tous les élèves et qu’elle soit à l’avant-garde sur le plan international.

Ce manifeste constitue une production à caractère unique dans l’histoire de l’éducation au Québec. 
On en retrouve la version courte ici.

Bien sûr, on peut ne pas s’y intéresser, ne pas en prendre connaissance et ne pas signer.
Mais alors, ne me parlez pas de réforme et d’éducation.

Note: Au moment d’écrire ces lignes, le compte des personnes qui ont signé ce manifeste était de 1210. 
Il est maintenant de 1211. Je vous invite à en faire autant, en vous rendant ici et à venir exprimer en commentaire au bas de cette page, les raisons de votre appui.

Mise à jour du samedi 30 avril, 17h:   1319 votes!    Ça avance 😉

Vous pouvez aussi venir participer à la discussion entourant ce sujet, sur ma page Facebook.
Soyez les bienvenus.

 
Marielle Potvin, orthopédagogue

Publicités

2 commentaires so far
Laisser un commentaire

J’aime ce billet.

Commentaire par Missmath

Merci Missmath!

Commentaire par mariellepotvin




Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :