Marielle Potvin, orthopédagogue / marielle.potvin@gmail.com


Soutenons nos enfants, mais comment?
2 mai 2011, 20:48
Filed under: Non classé | Étiquettes: , , ,

C’est un peu plate.  Le samedi 14 mai, je serai au Symposium de L’AQED. C’est pas le Symposium qui est plate… Loin  de là!

En fait, il sera très intéressant, pour moi, entre autres parce que j’y donne une conférence au sujet du plaisir d’écrire, que j’ai hâte d’y tisser de nouveaux liens et de faire, sûrement, de belles rencontres.  

Vous avez tous les détails ici , sous l’onglet Symposium. L’atelier que j’y donne s’intitule   »Plaisir d’écrire ».
Au plaisir de vous y rencontrer ; )

Non, ce qui est un peu dommage, c’est de ne pouvoir être à deux endroits en même temps. Alors, je vais dire ici ce que j’aurais aimé exprimer si j’avais pu aller à Québec.

La vidéo que vous venez de voir est empreinte de bonnes intentions. Or, comme on le sait, l’enfer en est pavé… Lorsque j’entends ce genre de souhaits, sans que je puisse y rattacher des actions concrètes concernant les moyens à prendre pour y arriver, moi j’décroche.

Je décroche parce que tout un chacun peut s’inscrire en Sciences de l’Éducation, à l’université, peu importe sa cote R ou la maîtrise d’un français écrit passable;

Je décroche parce que la formation initiale des maîtres ne les prépare pas convenablement à ce qui les attend;

Je décroche parce qu’une fois en poste, les nouveaux enseignants croient que leur formation est terminée, alors qu’elle ne fait que commencer;

Je décroche parce qu’il leur est trop facile et trop tentant de se conformer à une approche traditionnelle qui donne les résultats que l’on sait;

Je décroche parce que leur formation continue est à peu près inexistante et leur connaissance du processus d’apprentissage souvent déficitaire,

Je décroche parce plus de 20% d’entre eux n’y seront plus dans les cinq premières années de carrière;

Je décroche parce que l’isolement menace quiconque veut agir autrement;

Je décroche parce que la résistance au changement est puissante;

Je décroche parce que le confort des grands passe trop souvent avant les besoins des petits;

Je décroche parce que les meilleures volontés sont court-circuitées par manque de moyens;

Je décroche parce que l’école est une planète où la vraie vie n’existe pas, comme si tout le monde entraient par un anneau magique, le matin, et que tout ce qui se passe à l’extérieur y reste. Il n’y a pas eu de séisme au Japon, et aujourd’hui, pas d’élections.

Voilà. Comme si j’y étais allée.
Ça ne donne rien de dire ça, vous me direz.

Je le sais.

Marielle Potvin, orthopédagogue

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :