Marielle Potvin, orthopédagogue / marielle.potvin@gmail.com


L’ordinateur en classe et les troubles d’apprentissage

Accrochée au vol, cette vidéo qui fait état d’une situation intéressante.
Vous croyez qu’ils sont en avance?

Mais non…

Il n’y a pas de précurseurs, il n’y a que des retardataires 😉 

C’est
Jacques, (cliquez sur son nom pour visiter son blogue) il me semble, qui a déjà dit ça … 

Merci à Rémi,(cliquez sur son nom pour visiter son blogue)   chez qui je suis allée glaner cette  vidéo.

Marielle Potvin, orthopédagogue

 

 

Publicités


Un jeu de Lego virtuel
5 décembre 2009, 22:50
Filed under: dyspraxie motrice, orthopédagogie, ressources | Étiquettes:

J’ai un ami qui s’appelle Émile. Il a 11 ans. 
Ses parents sont venus me voir avec lui parce qu’il éprouve des difficultés scolaires.  
On fait le tour des antécédents au sujet de ses difficultés et des services scolaires qui lui ont été fournis jusqu’à maintenant. 

Sa maman le décrit comme étant un enfant « laborieux ». Tout est difficile , avec Émile.
Que l’on parle de l’apprentissage de la marche, d’aller en vélo, de nager, de lacer ses souliers…
Que l’on discute de ses habiletés ou de son absence d’habiletés à attacher ses vêtements, à tourner la poignée d’une porte, à découper…
Tout est compliqué.

Bien que ses résultats soient toujours dans la basse moyenne, il n’a jamais répété une année.
Ses enseignants le décrivent comme un élève charmant et imaginatif, et comprennent peu la nature de ses difficultés.  

Son langage est bien développé, et tout va bien socialement, bien qu’il ait tendance à s’entourer d’enfants un peu plus jeunes.
Avec le support de ses parents, il semble avoir conservé une bonne estime de lui.  Heureusement. 

Émile est capable d’expliquer ce qu’il doit faire pour accomplir une tâche ou décrire les mouvements qu’il doit exécuter, mais n’arrive cependant pas à les faire. Tout son quotidien est semé d’embuches, que ce soit simplement pour calligraphier ou manipuler de petits objets.  Quand il était petit, il refusait d’utiliser des ustensiles et il a fallu longtemps avant qu’il ne mange proprement.
Monter ou descendre les escaliers était aussi une difficulté. Il lui arrivait souvent de mettre ses vêtements à l’envers. Plus tard, son écriture, malgré tous ses efforts, est demeurée ardue et maladroite.

Émile reçoit depuis l’année dernière les services d’une orthopédagogue en milieu scolaire. Elle lui fait reprendre certains éléments peu ou pas réussis en classe. Je n’élaborerai pas sur le fait que malgré sept années complètes passées à l’école (en comptant la maternelle) personne, en milieu scolaire, n’ait pu aiguiller les parents vers les professionnels qui auraient pu déceler bien plus tôt (en fait dès cinq ou six ans,et même avant) le trouble d’apprentissage dont est atteint leur fils.

Pourtant, après deux rencontres avec Émile, après avoir écouté ses parents et l’avoir vu écrire, un doute me mets sur la piste… de la dyspraxie motrice
Celle-ci touche environ 6% des enfants. Il s’agit d’un trouble de la planification et de la coordination des mouvements nécessaires pour réaliser une action nouvelle, orientée vers un but précis.
Ce serait donc cela, me disent les parents. Pour la première fois, depuis qu’Émile est tout petit, on peut commencer à comprendre la nature de ses difficultés.

Je recommande aux parents la lecture d’un livre paru aux éditions de l’Hôpital Ste-Justine : « Mon cerveau ne m’écoute pas », de Breton/Léger.
Tout se confirme pour aller dans le sens de ce trouble d’apprentissage encore si mal connu. Les parents reconnaissent presque tous les indices qui ont jalonné le développement de leur fils.

Comme il n’est jamais trop tard, nous pourrons prendre les mesures nécessaires pour venir en aide à Émile tout de suite après les Fêtes. 
2010 sera pour lui et ses parents une année cruciale pour son futur cheminement scolaire et personnel . 

À Émile, donc, qui malgré son vif intérêt à construire avec des blocs LEGO n’y parvient que difficilement, j’offre un jeu  qui lui permettra de construire facilement tout ce qu’il voudra.
Et comme il partage volontiers, vous pourrez jouer aussi   😉   Vous n’aurez qu’à le télécharger, c’est gratuit.

Marielle Potvin, orthopédagogue
marielle.potvin@gmail.com
450 687-8181