Marielle Potvin, orthopédagogue / marielle.potvin@gmail.com


Réflexions

Réfléchir, c’est mon truc, nous dit-elle.  Que c’est bon à entendre et à voir, ne trouvez-vous pas?

Combien de fois dit-on aux élèves de réfléchir, sans pouvoir les aider à y parvenir?

Si beaucoup d’enseignants ont choisi de faire ce métier et qu’ils l’aiment autant qu’ils aiment leurs élèves, il leur faut aussi apprendre  que répéter dix fois un message
de la même façon ne sert strictement à rien. Alors comment?

Si l’élève ne trouve pas de sens à ce qu’il fait, il ne se contente plus, et de moins en moins, de s’exécuter bêtement.  Je les soupçonne de vouloir réfléchir. 😉

Je lisais dans le journal, la semaine dernière, toutes les simagrées que certains enseignants font pour obtenir l’intérêt de leurs élèves. Je ne suis pas sûre d’être en accord.

Bon, il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain, c’est vrai, mais  s’il faut à ce point se défoncer pour simplement obtenir l’attention des élèves, je me dis qu’il doit y avoir quelque chose qui cloche, autant dans le contenu que dans la forme du message. Sans compter qu’il ne  faut  pas s’étonner que plusieurs enseignants y laissent leur peau.

D’autres ont choisi d’inverser les rôles: c’est eux, maintenant, qui s’interrogent pour comprendre pourquoi ils ne comprennent pas, pourquoi les élèves ne sont pas motivés, pourquoi l’enseignement qu’on leur donne ne trouve  pas de résonnance chez eux.

À ces enseignants, je lève mon chapeau.
Ils tracent la voie de l’avenir. En délaissant une logique de production qu’ils ont longtemps considéré comme allant de soi, ils s’engagent maintenant dans une véritable logique d’apprentissage.

 

Au-delà de l’utilisation de Twitter, on peut prendre connaissance ici un magnifique exemple de travail collaboratif et de construction du savoir en groupe, avec le TBI. 

Si d’aucuns ont décrié l’usage de celui-ci comme étant simplement une nouvelle façon de présenter des notions au tableau (autrement dit, de changer le tableau vert pour le tableau blanc), il en va tout autrement dans cet exemple.

L’élève écrit ici dans un but signifiant; celui d’être publié et lu par d’autres élèves, à la fois de sa classe et d’une autre classe. Comme on le constate, il ne se fait pas mieux pour stimuler le goût d’apprendre.

Pour compléter, ne manquez pas de voir comment Marc-André Lalande qui nous explique ici de façon concrète ce que signifie un véritable changement de paradigme, en éducation.

De quoi nous faire, nous aussi, réfléchir.

Bon visionnement!

Marielle Potvin, orthopédagogue

Publicités


Le Club des trente
21 mars 2011, 23:30
Filed under: influences, médias sociaux, MELS | Étiquettes: ,
Toujours rien…
Pas un seul gazouilli!Ça peut être gênant d’arriver comme ça, toute seule, dans une gang qu’on ne connait pas…Ça doit être ça. Je comprends. Les premières fois, on doute même de leur existence. On ne sait pas qu’ils existent ‘pour-de-vrai’

Un jour, vous aurez peut-être l’occasion de demander à @sbrousseau (quand vous voyez quelque chose de souligné, comme ça, cliquez dessus et une nouvelle fenêtre s’ouvrira pour vous donner plus de détails) comment j’ai alerté tout le quartier la première fois qu’il m’a téléphoné!!

C’est normal.

À la suite du dernier message que je vous ai adressé, un jeune homme que vous auriez tout avantage à connaître m’a fait parvenir en commentaire une liste des trente Canadiens francophones les plus influents dans le milieu de l’éducation.

Je me fais donc un plaisir de vous en présenter les dix premiers, question de briser la glace…

1. @JeanBoileau
Vous connaissez sûrement Jean… il est directeur des communications et du recrutement de l’Université du Québec en Outaouais (@UQO). Il adore l’actualité, les relations publiques et la publicité. On dirait qu’il est partout, toujours. À moins que ce ne soit l’inverse. La région de l’Outaouais lui doit principalement la création et l’organisation du Festival de montgolfières de Gatineau.

2. @Alex_Riopel
Mon ami Alex est un enseignant cherchant à répondre aux besoins changeants des apprenants par le biais de la technopédagogie. Ça a l’air simple, comme ça, mais il fait partie des gens les plus innovants qui soient. Enseigne au secondaire. Passionné d’histoire. De Joliette.

3. @slyberu
Passionné par tout ce qui touche la collaboration sur le Web dit 2.0, Web d’échange véritable par excellence – si on l’utilise à bon escient – avec tous ces outils qui foisonnent et qu’on se doit d’apprivoiser si on veut préparer pour l’avenir tous ces élèves que nous côtoyons pendant un an au moins… Enseignant au secondaire, musicien et blogueur. Son vrai nom : Sylvain Bérubé, de Québec.

4. @sebpaquet
En ce qui concerne Sébastien, je vous laisse visionner un de ses fameux Prezi, qui a pour titre « Apprendre aujourd’hui à construire la société de demain ». Ça vous donnera une idée… 🙂 Montréal.

5. @MarioAsselin
C’est le Barabbas de la Passion, en éducation! Son blogue, qu’il tient depuis 2002, fourmille d’informations et de réflexions qu’il nous offre en partage. Il nous fait apprendre, grandir et remettre en question certaines prémisses, chaque fois qu’on le lit. De Québec.

6. @zecool
Depuis quelques semaines,Jacques dirige l’équipe du Groupe des technologies d’apprentissage, de l’Université de Moncton. Toujours à l’affût des innovations pour l’apprentissage « d’aujourd’hui » (celle que trop qualifient de « demain », dit-il). Un autre blogueur très inspirant.

7. @profnoel
Du Saguenay, voici Éric Noël. Enseignant en sciences et technologie de l’environnement, il faut voir le site pédagogique qu’il offre à ses élèves. À explorer! Et ce n’est qu’une de ses réalisations. (La liste des trente, elle est de lui 😉

8. @FrancoisBourdon
J’imagine difficilement François sans Pierre Poulin (@ppoulin). Ces deux acolytes forment un duo du tonnerre en tant qu’enseignants de l’Hyperclasse. Je vous laisse prendre connaissance du lien vers cette classe techno comme pas une. Une revue de presse se trouve ici, au cas où vous aimeriez en connaître davantage. CSPI, Montréal.

9. @FrancoisGuite
François Guité n’a plus besoin de présentation pour quiconque est au fait de ce qui se développe en éducation. Enseignant d’anglais dans un Programme d’éducation internationale à Québec, il s’intéresse de très près, et depuis longtemps, aux technologies de l’information et des communications appliquées à la pédagogie. Décidément un des plus rigoureux de la blogosphère. Chacun de ses billets est à lui seul une pièce d’anthologie. Un conseil : ne commencez pas par lui. Il pourrait y avoir trop de mots nouveaux. Vous y reviendrez un peu plus tard… Et vous n’y perdrez rien 😉

10. @mariellepotvin
Moi, maintenant. Peut-être la plus étonnée de me trouver ici. Ce qui me concerne et qui pourrait vous intéresser se retrouve sur ma bio. Vous cliquez sur ma photo, dans le menu de gauche, et le tour est joué. On appelle ça un Gravatar. C’est ça, presque comme le film. Le reste est sous vos yeux, au fil des billets de ce blogue.

Ça peut vous paraître surprenant, vu la distance qui nous sépare, mais il ne se trouve que Jean Boileau, dans cette liste, que je n’ai encore eu le plaisir de rencontrer.

Je vous dis ça, comme ça, pour que vous sachiez que ce qui peut vous sembler n’être que blablas virtuels se transforme à l’occasion en rencontres réelles. On appelle ça des TweetUp. Plus ou moins isolés dans nos milieux respectifs, on forme tout de même une réelle communauté. Je peux vous tenir au courant, si vous voulez. On s’entraide, on partage des ressources, on se remet en questions et on apprend ensemble bien davantage que ce que nos formations respectives nous ont apporté.

Et puis, on n’est pas gênants… 😉

Marielle Potvin, orthopédagogue



Mme Beauchamp
13 mars 2011, 13:41
Filed under: médias sociaux, persévérance scolaire | Étiquettes: , ,

Bonjour Mme Beauchamp,

Vous voilà enfin sur Twitter!

Au moment où j’écris ces lignes, vous suivez quelques personnages politiques ou sportifs. C’est un bon début. Nous le savons bien, la politique est un sport intéressant.

J’aimerais cependant vous encourager à interagir davantage avec le milieu de l’éducation. Vous verrez, il y a tout un monde à découvrir!  Ce que vous y lirez ne ressemble peut-être pas au discours habituel, je préfère vous en prévenir.

Nous sommes ici bien loin des théories du prof Laurier et des campagnes de publicité anti décrochage scolaire (oups, on dit maintenant persévérance scolaire), qui attribuent la responsabilité  de ce phénomène en majeure partie aux élèves et à leurs parents.

Ici, vous découvrirez les véritables raisons pour lesquelles tout va si mal à l’école. Vous vous frotterez à la véritable persévérance scolaire que démontrent tant d’enseignants qui échangent sur Twitter, mettent en commun leurs ressources, confrontent leurs façons de voir, développent des idées, se réunissent et s’entraident pour tenir le coup .Quant à moi, je suis une drop-out de ce système.  Vous comprendrez donc mon admiration envers ceux qui persévèrent, et mon empathie envers ceux qui n’ont pas réussi à faire contre mauvaise fortune bon coeur.Quoi qu’il en soit,  j’estime qu’un petit coup de pouce vous serait bénéfique pour tirer parti  de ce Twitter, sur lequel vous faites actuellement vos premiers pas.

Voici d’abord un aperçu de ce qu’est Twitter .

Vous croyez suffisamment le savoir?  Passez à la section suivante.
Voyez, on fait déjà de l’enseignement différencié 😉

Comme vous en êtes tout de même à vos débuts, je vous encourage à visiter ce site et à y trouver quelques nouvelles informations.
Non, non, nous n’en ferons pas l’objet d’une évaluation… Apprenez sans crainte aucune, vous pourrez suivre votre propre rythme.Twitter fait se rencontrer les grands esprits et donne chaque jour l’opportunité d’apprendre (si c’est votre objectif et/ou si vous suivez les bonnes personnes).
Il donne une tribune à ceux qui vous critiquent, mais cela vous procure l’avantage d’y réfléchir. De plus, il transmet les informations plus rapidement que n’importe quel autre média.

Je m’en voudrais de ne pas vous mettre au parfum en ce qui concerne les manières à éviter dans notre communauté.
Vous en trouverez un aperçu ici. Après tout, vous êtes Ministre de l’éducation !

Pour rire, vous pouvez aussi consulter ce petit guide des 15 choses à ne jamais dire sur Twitter.
Mais non, on ne vous en tiendra pas rigueur si vous vous trompez.  Vous êtes en train d’apprendre!

Nous attendons tous avec impatience votre premier gazouilli 😉

Allez, venez nous faire part de ce qui vous captive.

Marielle Potvin, orthopédagogue
(mariellepotvin sur Twitter 😉



Do you speak english ?
10 janvier 2011, 19:39
Filed under: influences, médias sociaux, une école pour la vie | Étiquettes:

Depuis que je nage dans les eaux des réseaux sociaux, je traverse parfois des courants anglophobnes qui au début, me refroidissaient.

Mon anglais étant ce qu’il est, (lire que pour les gens nés au Québec, autour des années ’60, la priorité n’était pas d’apprendre l’anglais)
j’ai, la plupart du temps, choisi d’ éviter cet écueil.

Mais voilà que sur Twitter, pas mal de monde intéressant Twitte en anglais.

Comme je dis toujours… Le goût et le besoin, y a que ça de vrai, pour apprendre…
J’arrive bien à vous baragouiner quelque chose de passablement compréhensible, en personne, parce que je suis d’une nature plutôt communicative.   Baguettes en l’air, genre.

Mais lire et écrire était, well, an other story!  Pourtant, je tiens à comprendre et même à répondre à certains gazouillis qui valent que je m’y arrête. Et je vais de découverte en découverte. Et plus je comprends, plus j’apprends. Le reste fait partie de la légende des saucisses Hygrade.

Toujours est-il que j’éprouvais une  souveraine réticence  à publier ici quelque chose en anglais.

Qu’à cela ne tienne! C’est maintenant que ça change. 
Parce que je n’ai ni le goût, ni le besoin de m’en priver…

Pis ??  😉

Marielle Potvin, orthopédagogue



Moi, créer un blogue? Pourquoi pas !
8 décembre 2010, 07:52
Filed under: médias sociaux, plaisir d'apprendre | Étiquettes: , ,

Que ce soit pour créer un blogue personnel, familial ou de classe, je vous invite à un atelier qui se tiendra à

Laval, ce samedi 11 décembre, de 9:30h à 12h.

Vous croyez que c’est compliqué? Laissez-moi vous démontrer qu’il n’en est rien.

Dans une atmosphère conviviale, à l’aide d’un TBI, vous aurez l’occasion de connaître les bases du fonctionnement de la plateforme WordPress.

Faites d’une pierre deux coups!

L’inscription est de  30$ par personne, dont 10$ seront remis à la Fondation du Dr. Gilles Julien.

Lieu : Centre d’apprentissage Marielle Potvin
4397,  boul. Saint-Martin ouest,
Laval,   Québec   H7T1C5

Limite de 12 personnes. Faites-moi parvenir un courriel pour réserver votre place.

Une mise à jour sera faite ici lorsque le groupe sera complet.

2010/12/12  Mise à jour quand même …  Mauvais timing, tourbillon des Fêtes? Peu importe, aucune inscription n’a été faite pour cet évènement. Je vais la réitérer après les Fêtes , convaincue que l’intérêt  sera au rendez-vous éventuellement 😉


Marielle Potvin, orthopédagogue
marielle.potvin@gmail.com



La chouette effarouchée
27 novembre 2010, 23:47
Filed under: médias sociaux | Étiquettes:

Je savais bien que c’était risqué.

À statut précaire, toute nouvelle dans l’enseignement, et a dû se poser dans un nouveau décor, au climat plus froid que prévu.

Elle doit s’y adapter, une brindille à la fois, en attendant d’y trouver (espère-t-elle) une quelconque protection.

D’abord occupée à faire connaissance avec la culture de ce milieu, elle dispose de bien peu de temps  pour échanger avec l’extérieur. Cette crainte qu’elle entend siffler comme un vent frisquet entre les branches ne laisse pour elle présager rien de bien réconfortant.  Vaut mieux pour elle se contenter de faire son nid rapidement, et faire connaissance avec les oisillons qu’on lui a confié.
Qu’importe si c’est la première fois, le nid tiendra comme il tiendra.

Vous l’aurez deviné, l’oiseau s’est envolé.

Invoquant que les hiboux (lisez conseillers pédagogiques)  viendront lui porter secours (d’ici quelques semaines), elle préfère ne rien risquer.

S’il fallait que ses moyens de camouflage ne trompent personne et qu’on découvre sa situation …

Non. Rien ne saurait l’apprivoiser.

La forêt des médias sociaux recèle de tels dangers !!  En tous cas, la peur règne…

Moi qui perçoit maintenant comme  normal de m’exprimer ici, de me questionner, d’échanger, de partager, d’apprendre et de communiquer, elle me laisse étonnée de constater qu’ils s’agit encore pour certains d’oiseaux de mauvais augure.
J’ai donc pu mesurer toute la distance qui la sépare de la liberté.  Puisse-t-elle un jour, aussi, en profiter.

Marielle Potvin, orthopédagogue
marielle.potvin@gmail.com



Premier rendez-vous des blogueuses québecoises
22 novembre 2010, 22:45
Filed under: formation, médias sociaux | Étiquettes:

Toutes mes consultations ont été annulées pour ce samedi 4 décembre.   C’est rare que je fais ça.

Si je fais exception, c’est qu’il y a une excellente raison:

Cet événement s’adresse avant tout aux femmes qui tiennent un blogue ou qui souhaitent s’y initier.

Ce sera une journée pour échanger avec d’autres blogueuses et découvrir des façons de rendre ce blogue encore plus intéressant.

Ce premier rendez-vous des blogueuses québécoises se tiendra le 4 décembre 2010.

L’ écriture Web, les outils de gestion d’un blogue, la manipulation photo, l’arrimage avec les réseaux sociaux et plus (calendrier détaillé).

Après les conférences et les ateliers, suivra un 5 à 7, au cours duquel on pourra échanger sur les aléas de la vie de blogueuse autour d’un verre.

Invitées spéciales
Parmi les conférencières, deux figures de proue à signaler: Martine Gingras, auteure du réputé blogue Les Banlieusardises, et Nadia Seraiocco, de Chez Nadia, coauteure avec Michelle Blanc d’un livre sur les médias sociaux!

Martine Gingras sait ce qu’implique la gestion d’un blogue. Elle partage ses passions de banlieusarde depuis 15 ans avec un public conquis. Sa conférence portera sur l’art du durer sur le Web. 

Nadia Seraiocco s’intéresse à la techno, aux réseaux sociaux et aux arts… Elle tiendra une conférence sur la créativité lors du premier rendez-vous des blogueuses québécoises.

Au plaisir de vous y rencontrer 😉

Marielle Potvin, orthopédagogue
marielle.potvin@gmail.com