Marielle Potvin, orthopédagogue / marielle.potvin@gmail.com


Des trous de larmes (suite)

Image

Une erreur qui avait attiré mon attention, aussi, est celle qu’il avait faite dans le mot VIN, l’écrivant VNI.

Comme pour toute autre forme d’erreur, il a dû recopier le mot trois fois. Ce qui ne sert à rien, je vous l’ai déjà dit?

J’utilise le gant lourd, quand il s’agit d’une erreur où les lettres du phonème sont toutes présentes, mais inversées dans l’ordre, par exemple.

Ce gant aide à mieux sentir les mouvements d’écriture, et donc à les mémoriser.

Voici la procédure:

1.Je trace en gros les lettres du phonème, dans ce cas, le son IN, sur le TBI,

2. L’élève passe plusieurs fois, lentement, par dessus ces lettres, avec son doigt seulement.

3. Il passe ensuite avec le surligneur,

4. On trouve un truc (en l’occurrence une histoire, un petit scénario) qui fera en sorte d’aider l’élève à se souvenir de l’ordre des lettres
qui forment ce phonème.
Ici, le petit a trouvé (dommage, j’ai loupé la photo) que le i avait deux oreilles et qu’il s’agissait d’un lapIN.
Il pouvait entrer dans son terrier, qui se trouve juste à côté…

Le fait que ce soit tracé en gros, et qu’on puisse diminuer la grosseur progressivement aide beaucoup.

L’utilisation du gant lourd aide son corps à intégrer le mouvement, le sens du tracé, et à retenir l’ordre de ces lettres.
L’imagination sert la mémoire. L’enfant peut recourir au scénario imaginé en cas de doute.

Quand nous passons par la suite aux interlignes du tableau, puis ensuite dans son cahier, nous le savons.
C’est réglé.

Image

Image

Image

Merci à la maman de ce petit, qui m’a permis de partager ce moment avec vous.

Je vous laisse la référence pour le gant lourd:    http://bit.ly/1kWPWkW

Marielle Potvin, orthopédagogue
marielle.potvin@gmail.com



Mais au fait, pourquoi pleure-t-il, ce petit?
2 février 2014, 11:05
Filed under: Non classé

Il est entré au Centre d’apprentissage en regardant par terre. C’est souvent comme ça la première fois.
Je lui demande, après quelques présentations, de répondre lui-même aux questions habituelles à l’ouverture d’un dossier. C’est comme ça que je mesure son rapport à l’erreur. C’est sûr qu’un enfant de cet âge ne connait pas son code postal. Je lui demande quand même et j’observe sa réaction.

Dans ce cas, les manifestations de l’anxiété ne tardent pas à se faire connaître. Je saurai donc que quand il est anxieux, il regarde ailleurs et me parle d’autre chose. J’en profite alors pour le rassurer. Ici, il n’y a pas de notes, pas de bulletins. Ici, rien de grave ne pourra arriver si on ne donne pas une bonne réponse. Ça va déjà mieux et mon chat fait le reste 😉

Deuxième rencontre.

J’avais eu l’occasion d’étudier attentivement son cahier de dictées. Ma première observation se porte sur les types d’erreurs.
Quelques exemples:  un enfont, c’est brin (couleur), un savon (pour un savant…)

Un appel à la mère a suffit pour confirmer un doute: le papa est  »fronçais! »
Ben voilà!  Des exercices de discrimination auditives seront utiles à ce petit, qui n’a pas encore fait la nuance entre brin et brun,
enfont et enfant, et quelques autres sons.

À l’aide d’un Whispy (petit amplificateur de sons),

Image

Je lui fait faire quelques activités de différentiation des sons :

1. On y va quand ?
2. Le banc est blanc.
3. Ton oncle est grand.
4. Prends ton temps.
5. On vend du savon.

Puis, on passe au jeu suivant:

Image

Source:    http://bit.ly/1ky02Z9

Ça va déjà mieux 😉

Le Whispy sera utilisé à la maison, pour consolider tout ça lors des lectures.
On n’avait affaire ici qu’à une simple confusion auditive.

Cette fois, on se quitte avec le sourire.
Afin de mieux connaître cet élève et de lui fournir les ressources appropriées, je leur laisse un questionnaire
servant à déterminer le type d’intelligence de cet enfant.

Troisième rencontre.

Il me faudra bien aborder la question du ‘recopier trois fois…’. Même si on sait que souvent, cette façon de faire ne marche pas, on continue de demander aux élèves de s’exécuter. Par tradition, je crois.
Toujours est-il que nous avons affaire ici à un petit qui SAIT que ça ne marche pas.
Là, arrive la position délicate de demander de faire autrement. Mais comment, sans s’ingérer dans l’approche pédagogique de l’enseignante?
J’ai pris le parti de valider ce que l’enfant me dit. Ça ne marche pas, pour toi. On le constate.
 »Ce qu’on peut changer, maintenant, c’est le nombre d’erreurs que tu feras dans tes prochaines dictées.  »
Tu devras copier trois fois, soit, mais pour beaucoup moins de mots.

En prenant connaissance de ses résultats au test, on note une majeure en intelligence kinesthésique. (7 sur 10)
Le gamin est tellement préoccupé à ne pas bouger qu’il n’a presque plus d’énergie cognitive à consacrer à ses apprentissages.
Et ce n’est pas de l’hyperactivité!

Mon prochain défi sera de faire en sorte qu’on puisse libérer cette énergie. Pourrait-il travailler debout? Sur un Movin’sit?

Image

Aura-t-il droit, lors des dictées ou des activités d’évaluations, de manipuler quelque chose?
Une balle de stress, un Tangle? Je ne sais pas… Son enseignante acceptera-t-elle?

Image

Les réactions sont tellement variées, chez les enseignants, que je marche souvent sur des œufs.

Je peux l’outiller pour l’apprentissage de ses mots d’orthographe, par contre.
Je lui présente et lui recommande d’utiliser le site d’apprentissage de l’orthographe de Allô Prof.
Comme la plupart des parents, la maman n’en avait jamais entendu parler.
L’enfant pourra mémoriser les mots à apprendre en tapant les lettres sur le clavier, plutôt que d’avoir à les former en calligraphiant.
(sa mère aussi croyait qu’en copiant les mots, il les apprendrait…)
On libère ainsi l’espace cognitif pour l’apprentissage de l’orthographe, plutôt que du sens du tracé des lettres.

Image
Source: http://bit.ly/1dxj4MW

De plus, le fait que l’enfant puisse apprendre ses mots de façon autonome augmentera sa confiance en lui.
Il en a bien besoin.

À suivre…
La maman a fait une demande pour que je puisse l’accompagner lors du prochain plan d’intervention.
Nous attendons la réponse de la direction. 

Marielle Potvin, orthopédagogue



Des trous de larmes
29 janvier 2014, 21:45
Filed under: Non classé

trous

 

Le gamin me montre son cahier et m’explique:
-Là, j’avais 8 fautes. Là, c’est ma correction, trois fois chaque mot. Et là, ben là, c’est des trous de larmes.

Comme une naturelle éventualité, les trous de larmes sont revenus percer ses cahiers, à l’aube de sa 2e année.

Ce n’est qu’en novembre qu’il a commencé à refuser de faire certaines tâches qu’il trouvait trop difficiles. Comme paralysé, quand la difficulté lui semblait trop grande.  D’un commun accord, l’enseignante et la direction mettent en place un tableau d’évaluation, que l’élève garde avec lui et fait compléter quatre fois par jour, Des p’tits collants et des bravos, des encouragements et la récompense au bout de la semaine.
De bonnes intentions, sûrement.
De la confusion, certainement.

Si on pouvait ne pas nuire, au moins…

L’anxiété générée par cette évaluation systématique n’a en rien aidé cet élève à surmonter ses difficultés, elles ont empiré!
Elle est venue se superposer à celle d’échouer et maintenant, on dit de lui que c’est un enfant qui s’oppose.
Dans son cahier, on peut lire qu’il refuse de plus en plus souvent de faire le travail demandé, et c’est traité comme un trouble du comportement.

Dans son PIA (plan d’intervention adapté) il est écrit :
*que X doit se mettre au travail de façon autonome,
*qu’il doit faire le travail tel que demandé,etc.

Comme moyen pour y parvenir:
*un carnet d’évaluation

Comme moyen pour évaluer l’objectif:
*réussir au moins 80% du temps à se mettre au travail lorsque demandé.

Je m’inquiète pour cet élève.
À partir des 8 fautes, des mots copiés trois fois et des trous de larmes.
Mais surtout à partir de ce qui a suivi.

Marielle Potvin, orthopédagogue



Et on remet ça pour janvier et février 2014!
10 janvier 2014, 15:59
Filed under: ressources | Étiquettes: ,

Programme d’essai gratuit d’Omega 3

Votre enfant présente des symptômes de TDAH?
Il pourrait être éligible à ce programme.

Je rencontre dans ma pratique des parents qui sont à la recherche d’une alternative aux psychostimulants que des spécialistes conseillent de faire prendre ou que prennent leur enfant.

Or, comme vous le savez, les Québécois sont les champions de ce genre de médicament.N’y aurait-il pas d’autres alternatives, plus naturelles, et qui seraient exemptes de leurs effets secondaires?

C’est la question que je me posais depuis quelques années, déjà.

Je lis, je saisis toutes les occasions de m’informer et je me renseigne auprès de ma clientèle au sujet de l’apport en Oméga 3 et son incidence sur les troubles de l’attention et de la concentration… Il semblerait que certains types d’Oméga 3, de même que la façon dont ils sont véhiculés dans l’organisme, pourraient avoir une incidence sur l’assimilation qu’en fait le système nerveux de votre enfant.

Si votre enfant est âgé de moins de 15 ans,

qu’il prenne déjà une médication ou pas, il pourrait être éligible.

*Aucun effet secondaire
*Approuvé par Santé-Canada
*Programme entièrement gratuit
*Peut être pris avec ou sans psychostimulants
(Dans le cas où il serait pris AVEC, les effets secondaires vont se faire moins sentir)

Je fais maintenant partie d’un groupe de professionnels indépendants qui cherchent à documenter l’effet que pourrait avoir un apport en Oméga 3 (du meilleur type qui soit) sur les troubles de l’attention et de la concentration.

Contactez-moi par courriel!  

Marielle Potvin, orthopédagogue
marielle.potvin @gmail.com



Ça n’arrive qu’une fois par année!

Imaginons…

En ce début de 2014, je me permets de partager avec vous ce qui me vient en tête lorsque j’imagine détenir une baguette magique qui me donnerait tous les pouvoirs sur le système éducatif québécois.
Ce n’est pas un petit billet à la va-vite, je vous préviens. Il est bourré d’hyperliens 😉

D’abord, j’imagine les enfants qui commencent leur journée avec leurs enseignants par une séance de yoga, de tai chi ou de kinésiologie éducative.

Avec la natation, voilà l’essentiel des cours d’éducation physique.

Ensuite, question de se réchauffer les méninges,  on pratique la frappe au clavier.  Il n’y a ni crayons ni papier dans cet environnement, alors, il faut bien s’exercer! Ce, dès la 3e année.

Je vous invite à  visiter  ce rêve avec moi.
(NOTE : commencer à visionner à la 7e diapositive, et essayez de ne pas dire WOW!)
Parce que l’environnement dans lequel l’enfant serait fier de se rendre est bien loin des moisissures et de l’air vicié que trop souvent, on lui propose actuellement.

Toutes les communications avec les parents et la communauté se font à partir du portail de l’école. Et pour ce qui est des pupitres,  jetez un coup d’oeil ici     Ce serait intéressant d’avoir de moins en moins recours au Ritalin, à l’aide  de telles initiatives.

Quand vous l’aurez visité, vous aurez le goût d’y enseigner autant que les élèves auront le goût de le fréquenter.

À l’horaire, des matières de base, bien sûr (sauf l’anglais; voir les mercredis)  mais intégrées et significatives, à l’image du milieu, de sa couleur et de ses valeurs. Faire la cuisine ou un jardin, peut-être?

Comme le iPad , le iPod et tous les outils technologiques seraient à l’honneur. Non que la technologie  soit une panacée, mais un moyen actuel d’apprendre et de communiquer. Il va sans dire qu’une éducation aux médias est prévue.

Les enseignants  auraient  un important rôle à jouer au niveau de l’éducation aux médias. Ça presse… Comment trouver des informations, en valider les sources, développer son identité numérique, pour ne nommer que cela.
Toutes les 
applications utiles, dictionnaires et conjugueurs seraient à portée d’un clic.

Chacun pourrait lire , entre autres, ce qu’il s’est fait télécharger sur son iPad, à sa mesure et selon ses intérêts, en étant guidé en cela par les enseignants et à son rythme, à la façon de Yves Nadon. La littérature ‘papier’ n’y serait pas exclue, loin de là, et les budgets consacrés aux manuels scolaires si vite désuets seraient utilisés autrement.  La bibliothèque? N’y en a-t-il pas une, habituellement située tout près? Et puis, il y a les livres en liberté…Chacun en apporte et les fait circuler.

 Le matin, on  projetterait les présentations de la météo et des événements de l’actualité .  

L’ACTUALITÉ !  Voilà de pertinentes situations d’écriture et de lecture. Le vocabulaire, la géographie, les statistiques, la science et j’en passe    Des sites très bien faits se consacrent déjà à donner du sens aux apprentissages.

Il y aurait un horaire continu et les parents y seraient les bienvenus autant que faire se peut et à quelques heures d’avis.  Conciliation travail/ famille…
Les écoles alternatives m’inspirent, à ce sujet.

Et les mercredis… Ah! Les mercredis…  Ce serait journée de sortie éducative ou sportive.  En anglais.  L’occasion de vivre de vraies situations d’apprentissage dans une langue seconde qui s’apprend tellement mieux en immersion.
Les enseignants des autres matières, quant à eux, auraient alors tout le loisir de se concerter, de se ressourcer, de rencontrer des parents, et de parfaire leur formation continue.

Et laissez-moi tranquille avec l’enseignement religieux ou ce qu’on appelle maintenant Culture et Éthique religieuse.  Les enseignants ne sont pas à l’aise avec ça, pour la plupart,  et je crois que la dimension spirituelle des personnes se développe d’abord et avant tout dans la famille.

Les valeurs morales, par exemple, ça, c’est autre chose… Et ça s’enseigne par l’exemple, même à travers des leçons de mathématiques ou en sortie éducative. Avec les parents.
Ce ne sont pas des matières qu’on peut enseigner ‘à part’, encore ici, artificiellement et hors contexte. Les bonnes manières, ça s’acquiert par modélisation.

Les devoirs?   Connais pas.  Les enseignants  recommandent  d’écouter une émission, d’apprendre à cuisiner, ou de jouer à un jeu de société. Et avec leurs parents, quand c’est possible.
Le parent bien outillé saura rendre ces moments riches d’apprentissages.
Le lendemain, que de choses à raconter, par écrit, évidemment.

L’enseignement de l’écriture serait à l’honneur, à travers ces activités. Surtout l’enseignement des stratégies. Pas des mots prescrits et obligatoires qu’on oublie après avoir fait ‘le fameux contrôle de la semaine’. L’enseignement de l’apprendre à apprendre. Comment construire des phrases, enrichir son vocabulaire, préciser sa pensée, développer de bonnes méthodes de travail.

À l’image de l’école Des Coeurs Vaillants et du Centre d’apprentissage du Haut madawaska, ce milieu stimulant conjuguerait le projet en entrepreneurship de la première avec l’approche  utilisée au Cahm pour l’évaluation. Je trouve vraiment génial que la famille élargie et la communauté entière puisse consulter les travaux des élèves sur le site sécurisé de l’école. Pour être signifiantes, les situations d’écriture doivent être publiées. La communication devient facile et les mauvaises surprises lors des évaluations sont évitées, la plupart du temps.

Les élèves différents y trouveraient leur place, aussi, tant que c’est possible. Chacun a un rôle à jouer dans la vie 

Ah, oui, j’oubliais, il y aurait un ou deux chiens gentils…  Quel plaisir de les voir courir avec les enfants, à la récré !

Mais comme Noël ne m’a pas apporté de pouvoirs spéciaux cette année, va falloir retourner à la réalité.  Bonne année!   



La chance d’un vendredi 13 !!
13 décembre 2013, 20:48
Filed under: Non classé | Étiquettes: , , ,

Image

Je viens d’apprendre qu’on peut se procurer une version gratuite de KorectDys Simple, un logiciel  de Médialexie.

Si vous ne l’avez pas encore essayé, c’est toute une chance!  Il s’agit d’une offre exceptionnelle pour nous remercier de notre confiance en 2013.

‘Nous invitons tous les professionnels à se procurer gratuitement notre version francophone de KorectDys simple, sans aucune limite de temps.

Médialexie se différencie radicalement de ses concurrents par la qualité de ses résultats. Un logiciel, un seul environnement…et toutes les fonctions d’aides nécessaires à la réussite des personnes atteintes de troubles d’apprentissage.

Cette version contient un Éditeur de texte,  lecteur de synthèse vocale, un prédicteur de mots phonologique, une cartographie mentale, un correcteur orthographique et grammatical (Cordial), un enregistreur numérique, des dictionnaires, un conjugueur de verbes, etc… »

Comment faire? C’est simple.

Il suffit d’aimer leur page Facebook et de remplir le formulaire
au même endroit avant le 31/12/2013 afin de recevoir gratuitement
votre logiciel KorectDys simple!Cliquez sur l’un des liens ci-dessous
pour procéder :
Vous travaillez dans un établissement public?
https://www.facebook.com/MedialexieCa

Vous travaillez dans un établissement privé?
https://www.facebook.com/MedialexieCa

Nous vous retournerons votre lien de téléchargement et votre licence!!
(valable pour une installation seulement)

*Orthopédagogues : Membre de l’association de L’ADOQ.

 

Vous le savez, je suis une fan finie de Médialexie.

Vous voulez savoir pourquoi?

Allez consulter un billet que je vous ai proposé cet automne.

Vous comprendrez tout!

Bon vendredi 13 !

Marielle Potvin, orthopédagogue 

 



Vous vous souvenez de ce billet?
11 décembre 2013, 23:14
Filed under: Non classé | Étiquettes: , , , ,

Récemment, je vous ai fait part de la tenue d’un séminaire web, durant lequel je diffusais des informations en lien avec les troubles d’apprentissage.

Bien que vous ayez été des centaines de personnes à y participer, plusieurs l’ont loupé, pour une raison ou une autre.

Voilà que je mets en ligne son enregistrement intégral.

Vous n’avez qu’à cliquer ici .

SS

                  Surtout, n’hésitez pas à me laisser vos commentaires !