Marielle Potvin, orthopédagogue / marielle.potvin@gmail.com


La chance d’un vendredi 13 !!
13 décembre 2013, 20:48
Filed under: Non classé | Mots-clefs: , , ,

Image

Je viens d’apprendre qu’on peut se procurer une version gratuite de KorectDys Simple, un logiciel  de Médialexie.

Si vous ne l’avez pas encore essayé, c’est toute une chance!  Il s’agit d’une offre exceptionnelle pour nous remercier de notre confiance en 2013.

‘Nous invitons tous les professionnels à se procurer gratuitement notre version francophone de KorectDys simple, sans aucune limite de temps.

Médialexie se différencie radicalement de ses concurrents par la qualité de ses résultats. Un logiciel, un seul environnement…et toutes les fonctions d’aides nécessaires à la réussite des personnes atteintes de troubles d’apprentissage.

Cette version contient un Éditeur de texte,  lecteur de synthèse vocale, un prédicteur de mots phonologique, une cartographie mentale, un correcteur orthographique et grammatical (Cordial), un enregistreur numérique, des dictionnaires, un conjugueur de verbes, etc… »

Comment faire? C’est simple.

Il suffit d’aimer leur page Facebook et de remplir le formulaire
au même endroit avant le 31/12/2013 afin de recevoir gratuitement
votre logiciel KorectDys simple!Cliquez sur l’un des liens ci-dessous
pour procéder :
Vous travaillez dans un établissement public?
https://www.facebook.com/MedialexieCa

Vous travaillez dans un établissement privé?
https://www.facebook.com/MedialexieCa

Nous vous retournerons votre lien de téléchargement et votre licence!!
(valable pour une installation seulement)

*Orthopédagogues : Membre de l’association de L’ADOQ.

 

Vous le savez, je suis une fan finie de Médialexie.

Vous voulez savoir pourquoi?

Allez consulter un billet que je vous ai proposé cet automne.

Vous comprendrez tout!

Bon vendredi 13 !

Marielle Potvin, orthopédagogue 

 



Bon ben là, ça va faire…
3 septembre 2013, 19:33
Filed under: Non classé | Mots-clefs: ,

Que ce soit dans les commentaires reçus encore récemment à la suite d’un vieux billet qui date d’avril 2011, ou dans les courriels que je reçois, on me demande encore et toujours de me justifier pour avoir écrit que le Word-Q est maintenant dépassé en tant qu’aide technologique pour les personnes atteintes de dyslexie ou de dysorthographie.

Je tiens d’abord à préciser que je n’ai aucun intérêt personnel dans l’une ou l’autre de ces entreprises, et je vous invite à voir par vous même ce qu’il en est.

Ces vidéos vous donneront un aperçu des raisons pour lesquelles je recommande plutôt l’utilisation de la clé USB de Médialexie, mais n’en faisons pas toute une histoire, Je ne demande pas aux élèves qui m’arrivent avec Word-Q déjà installé sur leur portable de l’enlever pour installer la clé de Médialexie.

Certains orthopédagogues préféreront Wody, ou encore Lexibar. C’est selon.

Mais si un parent d’un enfant qui vient d’obtenir un diagnostic me demande mon avis, je lui recommanderai la clé USB de Médialexie.

Voici quelques vidéos qui vous expliqueront les raisons qui motivent ce choix:

Vidéo comparative Médialexie et Lexibar:

Vidéo comparative de Médialexie et Wody:

Vidéo comparative Médialexie et Word-Q :

Maintenant que ce billet est écrit, je vais l’utiliser en référence chaque fois qu’on me posera des questions à ce sujet.

À moins que j’obtienne des informations à l’effet que d’autres améliorations soient encore advenues.

On n’arrête pas le progrès 😉

Sur ce, bonne rentrée à tous! 

Marielle Potvin
marielle.potvin@gmail.com
438-886-8141



Le Word-Q déjà dépassé ?

Ce que je connaissais comme étant le meilleur rapport qualité/prix en aide technologique pour aider un élève en difficulté d’apprentissage de l’écriture était, jusqu’à récemment, le Word-Q.

Quelle ne fut pas ma surprise d’apprendre que DeMarque avait cessé d’en faire la distribution. 
Déçue, je me mis à la recherche de solutions de rechange.

Comme on dit, quand une fenêtre se ferme, des fois, il y a une porte qui s’ouvre 😉

Après plusieurs échanges avec DeMarque et avec M. Massicotte, de chez Linguistique Électronique Système Inc., j’ai comparé, évalué et compris.

Si, jusqu’à maintenant, mes élèves appréciaient la facilité d’utilisation, l’efficacité et l’amélioration de leurs productions écrites grâce au Word-Q, c’est dorénavant le prédicteur Médialexie qui aura leur faveur.

Richard Ayotte, un confrère blogueur, en a déjà fait un billet informatif, pendant que j’en étais encore à apprivoiser ce nouvel outil.  

J’avais déjà rejeté du revers de la main la possibilité de suggérer la barre Médialexie à  mes élèves qui ont reçu un diagnostic de trouble spécifique d’apprentissage de l’écriture (dyslexie ou dysorthographie).  Trop cher, trop volumineux, trop compliqué. La plupart du temps, c’était vrai.  Plus maintenant.

Le Prédicteur Médialexie réunit les fonctions essentielles dont un élève a besoin pour progresser, améliorer ses performances et favoriser un plus grand engagement de sa  part.

Ces fonctions faisaient déjà partie du logiciel Médialexie, mais pour y avoir accès, il fallait installer La Barre Intégrale (en version Classic, Premium ou Prélude), ce qui n’est plus le cas.

Du coup, le Prédicteur Médialexie devient un outil plus abordable et en fait le premier prédicteur à prévalence phonétique. Il faut voir les saisies d’écran que nous présente DeMarque ou visionner cette vidéo pour saisir la puissance de ses fonctionnalités.

Le Prédicteur Médialexie est admissible aux mesures de financement du  Programme d’Allocation pour les besoins particuliers  proposées par le gouvernement québécois. Il peut aussi être utilisé lors des examens ministériels administrés par le Ministère de l’éducation.

Je termine en citant un extrait de l’excellent livre de Nadia Rousseau , qui est en fait un guide destiné aux enseignants et aux autres professionnels de l’éducation, quant aux technologies d’aide que l’on peut offrir aux personnes atteintes d’un trouble d’apprentissage:

 »Enseignants, cessez d’avoir peur.
Sautez dans l’action et apprenez à utiliser ces outils.
Débutez lentement; ça prend du temps et de la planification pour transformer sa classe en une classe technologique.
N’utilisez pas les technologies comme récompense ou activité libre pour les élèves.
Offrez-leur plutôt un programme technologique qui leur présente des défis.
N’attendez pas de miracles.
La technologie ne remplace pas le travail de l’enseignant.
Les technologies sont des outils puissants lorsqu’ils sont utilisés par des enseignants efficaces. »

On ne pourrait mieux dire.

Marielle Potvin, orthopédagogue 



Vogue, vogue …

 

Demain, dans le froid de février,  il part avec son papa. En voiture jusqu’à Burlington, Vermont, U.S.A.

De là, ils prendront l’avion pour rejoindre sa mère et ensemble, ramèneront le voilier familial (présentement quelque part aux Antilles)
à son port d’attache,  autour du lac Champlain…

Du haut de ses huit ans, ce petit bonhomme a voyagé plus que la plupart d’entre-nous ne le ferons notre vie durant. Il faut l’entendre parler de la Corse, de la Grèce et de plein d’autres merveilleux endroits, qu’il replace avec facilité sur n’importe quelle carte géographique.

Trois semaines à vivre ensemble en famille, beau temps, mauvais temps.  Surtout du beau temps, en fait, à voir ce diaporama . 🙂  Ouf!

Ça me fait bien sourire d’entendre les réactions de ses enseignants… Il va manquer trois semaines d’école !  Big Deal!   

Voyez-vous, ce petit a la chance (si on peut s’exprimer ainsi) d’être dyslexique. Cette année, donc, il a commencé à s’approprier les aides technologiques adaptées à son état. Il a son ordinateur portable, qu’il utilise en classe tous les jours.

Il s’exerce au Tap’Touche, m’envoie des courriels,  utilise couramment un traitement de textes avec tous ses outils.

Il a, entre autres, sur son bureau, le conjugueur et l’orthographe en ligne.  Avec lui, son Euréka et son Petit expert en conjugaisons et quelques logiciels. Des fois, on n’a pas Internet. Surtout au milieu de l’Atlantique, me dit-il !

Dans ses favoris, une panoplie de sites de lectures et de grammaire. Il me fait parvenir des captures d’écran, en courriel, pour que je voie ce qu’il a fait.  

Bien sûr, il tiendra un journal de bord, version numérique, écrivant chaque jour ce qu’il a appris, ce qu’il a trouvé difficile, et quoi encore…  Sur son blogue, il consignera ses souvenirs de  voyage.

– ‘Le jour où on sera à Ste-Lucie, par exemple, je prends congé.’ 
– Bien sûr!  😉  

Aussi, je leur ai conseillé d’abonner le petit à SuperZapp.   Ses parents et moi,on pourra suivre ses progrès à l’aide du tableau des résultats inclus dans les fonctions de ce site.

Il prendra des photos et à son retour, on écrira des annotations sur chacune d’entre elles, avant de les envoyer par courriel aux amis de sa classe. On va utiliser cette petite application gratuite.  Deux minutes top chrono pour m’approprier toutes ses fonctions, que ça m’a pris.  Il va aimer.

La vie est simple, finalement…  

Dis, petit mousse, si tu reviens ici, par un jour de pluie, regarde ça.  
C’est pour toi. 😉

Allez, on se revoit dans trois semaines…  xox

Marielle Potvin, orthopédagogue



L’ordinateur en classe et les troubles d’apprentissage

Accrochée au vol, cette vidéo qui fait état d’une situation intéressante.
Vous croyez qu’ils sont en avance?

Mais non…

Il n’y a pas de précurseurs, il n’y a que des retardataires 😉 

C’est
Jacques, (cliquez sur son nom pour visiter son blogue) il me semble, qui a déjà dit ça … 

Merci à Rémi,(cliquez sur son nom pour visiter son blogue)   chez qui je suis allée glaner cette  vidéo.

Marielle Potvin, orthopédagogue

 

 



Troubles d’apprentissage et technologies d’aide

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir… mais que vous n’avez jamais trouvé  😉

Peut-être aviez-vous déjà pris connaissance de cet extrait du Guide annuel 500 sites Web pour réussir à l’école.
Bien. Vous avez beaucoup appris au sujet des technologies d’aide à l’apprentissage.
Mais si vous êtes comme moi, il y manquait encore quelque chose…

Nos demandes ont été entendues puisque  je feuillette présentement un tout nouveau guide destiné aux enseignants et aux autres professionnels de l’éducation:

Il a pour objectif de démystifier les technologies d’aide et de mieux faire comprendre leur impact sur la réussite scolaire des jeunes ayant des troubles d’apprentissage.

Ce guide informe le lecteur sur :

  • Les caractéristiques des technologies d’aide
  • La place des technologies d’aide à l’école
  • Le choix d’une technologie d’aide selon les particularités du trouble d’apprentissage
  • La mise en œuvre des technologies d’aide à l’école
  • La terminologie associée aux troubles d’apprentissage et aux technologies d’aide

 Il contient des outils éprouvés pour soutenir l’équipe-école :

  • Un inventaire des technologies d’aide, incluant 11 fiches détaillées
  • Un questionnaire de sélection d’une technologie d’aide
  • Des échelles d’autoévaluation pour une mise en œuvre efficace
  • Des indicateurs de qualité des services d’aide technologique à l’école

Pour commander, cliquer ici.

En prime, je vous offre de visionner cette vidéo  illustrant à quel point ces technologies peuvent changer la vie d’un enfant qui souffre d’un trouble d’apprentissage:

Elle vous fera peut-être sourire, par le ton un peu guindé et la lenteur de certaines séquences. Cependant, il ne nous reste qu’à souhaiter que des situations semblables, bien réelles cette fois, puissent se réaliser et permettre aux personnes en difficulté d’apprentissage de renouer avec leur plein potentiel.

Marielle Potvin, orthopédagogue 



Bang!

La vie reprenait ses airs habituels après des vacances passées dans le climat feutré du cocon familial.
D’un jour à l’autre, je me préparais à poursuivre le cours de ce blogue, mais la procrastination l’emportait souvent.
Je faisais bien quelques consultations, des lectures, mettais de l’ordre dans mes paperasses, rétablissais quelques contacts, poursuivais quelques projets, mais bon, pas de billets, pas de Twitter, et pas trop de courriels.

Jusqu’à lundi.  Question de me remettre dans le bain, je navigue sur différents blogues, quande tombe sur celui de Missmath, et j’y lis ces mots:
Ils ne sont pas ignorants: on accepte qu’ils le soient.

Bang!   C’en était assez pour que je reprenne le collier. Et je ne parle pas de perles, ici.

Je m’étais promis de commencer 2010 en accordant un prix Orange et un Prix Citron. Pour le fun.
Mon Prix Orange revient à un billet  de Martin Bélanger. La victoire de l’inertie.  Je dois avoir lu ce billet une dizaine de fois tellement je m’en délectais. Comme si cet enseignant avait trouvé les mots que je cherche trop souvent.

Ces mots que je ne peux trouver dans le cas de mon Prix Citron.  C »est arrivé il y a quelques jours. Les parents d’un de mes élèves m’avaient demandé de participer à l’élaboration du plan d’intervention de leur fils. 14 ans, le p’tit gars.

Trouble d’apprentissage de type dysorthographie sévère, entre autres.
Je m’apprêtais à recommander les aides technologiques appropriées dans sa situation.  Ces aides, qui font pourtant l’objet d’une subvention gouvernementale, principalement des logiciels, facilitent l’apprentissage chez les élèves en les encourageant à persévérer malgré les difficultés rencontrées. Loin de devenir des béquilles pour les élèves, ils représentent plutôt une source de motivation et un moyen compensatoire à leur difficulté qui se révèle très efficace.
Mais on ne les connait pas. On utilise Adibou ou Mia. L’élève me confie en être humilié mais on me dit qu’on n’a pas le choix, étant donné son niveau.

Mon Dieu, que je suis tombée de haut.   Ayoye!

Le plan d’intervention consistait essentiellement à mettre en place des mesures pour contrôler le jeune, pour qu’il ne dérange pas et qu’il soit positif devant le travail demandé. Même quand ça consiste en une série d’exercices sur feuilles photocopiées. On ne pouvait se détacher du mode de production pour entrer dans celui des apprentissages.

Désespérant.

Et dire qu’il aurait pu utiliser des sites comme La bande à Chopin , Le terrain de jeux, Les dictées virtuelles, Gramm-O-L’eau en français;
Météormath, Le Café des Mathadores, Math en jeu et l’incontournable Bibliothèque virtuelle en mathématiques.
J’en nomme quelques-uns, comme ça, en passant, mais il y en a des tonnes, tous plus ludoéducatifs les uns que les autres!!
Écrivez-moi si vous en voulez davantage 😉

Vous me pardonnerez de commencer l’année (que je vous souhaite bien bonne, en passant) sur un ton que vous ne me connaissez pas habituellement.
Je ne demeure pas dans cet état bien longtemps. Il y a trop à faire . Entre autres, se demander, comme le fait si pertinemment M. Asselin,  «Quand aurons-nous droit à un échange honnête et sérieux sur le système d’éducation au Québec?»

Marielle Potvin, orthopédagogue
marielle.potvin@gmail.com
438-886-8141