Marielle Potvin, orthopédagogue / marielle.potvin@gmail.com


Lettre à une jeune (presque) finissante en enseignement.
9 février 2014, 20:30
Filed under: formation, plaisir d'apprendre

Image

Bonjour à toi, que j’ai rencontrée vendredi dernier. La petite heure que nous avons passée ensemble m’a semblé bien courte.
J’aurais aimé te dire tant de choses…

Pour te connaître un peu, je t’ai d’abord demandé quels étaient tes modèles, en éducation. Je brûlais de savoir ceux qu’on t’avait suggérés, à l’Université.

Bien sûr, il peut y avoir ta mère, ton maître-associé, ou quelque enseignant que tu croises sur ton chemin. Mais tu ne connais pas Égide Royer, très peu Antoine de La Garanderie, si peu Howard Gardner, presque pas Rock Chouinard ou Jean Archambault.
Yves Nadon et Jean-Guy Lemery, j’ai pas osé…

Toi qui est dans une période cruciale du développement de ton identité professionnelle, quelle prof deviendras-tu, si tu ne t’inspires que de ce qui se fait déjà?  Comment pourras-tu innover, si tu n’as comme modèles que ce qui existe depuis longtemps et se perpétue, bien souvent au mépris de ce que nous savons maintenant, en éducation. Comment pourras-tu garder la passion d’enseigner, si tu ne fais que reproduire encore et toujours ce qui, bien souvent, ne marche pas?

Dans six mois, t’entendra-t-on demander aux élèves de recopier trois fois leurs erreurs dans leurs cahiers, sans jamais leur enseigner comment apprendre et mémoriser?  Iras-tu, de ton stylo, barbouiller leurs cahiers de rouge, croyant que tu es en train d’évaluer leurs connaissances?  Croiras-tu que parce qu’ils ont produit, ils ont appris?  Seras-tu démunie devant l’élève en difficulté? Sauras-tu reconnaître un trouble d’apprentissage? Un élève doué? Connaîtras-tu les subtiles différences entre l’élève anxieux et celui en déficit d’attention?  Quelles interventions mettras-tu en place pour créer un climat de classe sécurisant où il fait bon apprendre?

Nous devions parler des plans d’intervention. Savais-tu que dans certaines classes, devoir faire quatre, cinq, ou même six plans d’intervention n’est pas une chose rare? Certains commenceront à enseigner en en faisant un pour chaque élève à risque, alors que d’autres croient qu’on doive attendre que cet élève accuse deux ans de retard. N’est-ce pas un début de perpétuation des inégalités scolaires, déjà si présentes dans les écoles?  J’espère, d’une part, ne pas t’avoir découragée, et d’autre part, qu’on aura l’occasion d’en reparler. Entre temps, je te laisse quelques ressources pour que tu puisses te familiariser avec  tout cela afin d’être un peu plus prête à assumer ce qui t’attend.

Tu le sais, tu t’engageras bientôt dans une des professions les plus importantes qui soient, mais aussi parmi les plus difficiles. Puisses-tu avoir de bons repères auxquels te raccrocher, quand tu auras l’impression de ne pas pouvoir y arriver.

Puisses-tu avoir le vent dans le dos tout au long de ce merveilleux voyage.

*Je te parlais des ouvrages de Égide Qui? Royer:

Image

…et de d’autres ressources intéressantes pour toi:

-Un PIA (plan d’intervention adapté), qu’est-ce que c’est?

Pour aller plus loin au sujet du Plan d’intervention adapté:

Exemples de difficultés
Exemples de forces
Guide d’accompagnement à l’intention des parents

Communoutils.  Tu vas aimer, je pense  😉
Canevas de plan d’intervention:
Prends de l’avance, prends-en connaissance!

Un autre document intéressant:
Tu sais, quand tu n’arrives pas à dormir ;-)))

-Une autre belle ressource et finalement, puisque tu es étudiante en
éducation, tu peux en profiter pour bénéficier d’un abonnement gratuit
sur  »Mes grilles ».

Surtout, pose des questions, fouille, cherche, trouve et n’arrête jamais d’être curieuse.    Achale-moi!!     Gêne-toi pas 😉

Marielle Potvin
marielle.potvin@gmail.com
438-886-8141



Des trous de larmes (suite)

Image

Une erreur qui avait attiré mon attention, aussi, est celle qu’il avait faite dans le mot VIN, l’écrivant VNI.

Comme pour toute autre forme d’erreur, il a dû recopier le mot trois fois. Ce qui ne sert à rien, je vous l’ai déjà dit?

J’utilise le gant lourd, quand il s’agit d’une erreur où les lettres du phonème sont toutes présentes, mais inversées dans l’ordre, par exemple.

Ce gant aide à mieux sentir les mouvements d’écriture, et donc à les mémoriser.

Voici la procédure:

1.Je trace en gros les lettres du phonème, dans ce cas, le son IN, sur le TBI,

2. L’élève passe plusieurs fois, lentement, par dessus ces lettres, avec son doigt seulement.

3. Il passe ensuite avec le surligneur,

4. On trouve un truc (en l’occurrence une histoire, un petit scénario) qui fera en sorte d’aider l’élève à se souvenir de l’ordre des lettres
qui forment ce phonème.
Ici, le petit a trouvé (dommage, j’ai loupé la photo) que le i avait deux oreilles et qu’il s’agissait d’un lapIN.
Il pouvait entrer dans son terrier, qui se trouve juste à côté…

Le fait que ce soit tracé en gros, et qu’on puisse diminuer la grosseur progressivement aide beaucoup.

L’utilisation du gant lourd aide son corps à intégrer le mouvement, le sens du tracé, et à retenir l’ordre de ces lettres.
L’imagination sert la mémoire. L’enfant peut recourir au scénario imaginé en cas de doute.

Quand nous passons par la suite aux interlignes du tableau, puis ensuite dans son cahier, nous le savons.
C’est réglé.

Image

Image

Image

Merci à la maman de ce petit, qui m’a permis de partager ce moment avec vous.

Je vous laisse la référence pour le gant lourd:    http://bit.ly/1kWPWkW

Marielle Potvin, orthopédagogue
marielle.potvin@gmail.com



Ça n’arrive qu’une fois par année!

Imaginons…

En ce début de 2014, je me permets de partager avec vous ce qui me vient en tête lorsque j’imagine détenir une baguette magique qui me donnerait tous les pouvoirs sur le système éducatif québécois.
Ce n’est pas un petit billet à la va-vite, je vous préviens. Il est bourré d’hyperliens 😉

D’abord, j’imagine les enfants qui commencent leur journée avec leurs enseignants par une séance de yoga, de tai chi ou de kinésiologie éducative.

Avec la natation, voilà l’essentiel des cours d’éducation physique.

Ensuite, question de se réchauffer les méninges,  on pratique la frappe au clavier.  Il n’y a ni crayons ni papier dans cet environnement, alors, il faut bien s’exercer! Ce, dès la 3e année.

Je vous invite à  visiter  ce rêve avec moi.
(NOTE : commencer à visionner à la 7e diapositive, et essayez de ne pas dire WOW!)
Parce que l’environnement dans lequel l’enfant serait fier de se rendre est bien loin des moisissures et de l’air vicié que trop souvent, on lui propose actuellement.

Toutes les communications avec les parents et la communauté se font à partir du portail de l’école. Et pour ce qui est des pupitres,  jetez un coup d’oeil ici     Ce serait intéressant d’avoir de moins en moins recours au Ritalin, à l’aide  de telles initiatives.

Quand vous l’aurez visité, vous aurez le goût d’y enseigner autant que les élèves auront le goût de le fréquenter.

À l’horaire, des matières de base, bien sûr (sauf l’anglais; voir les mercredis)  mais intégrées et significatives, à l’image du milieu, de sa couleur et de ses valeurs. Faire la cuisine ou un jardin, peut-être?

Comme le iPad , le iPod et tous les outils technologiques seraient à l’honneur. Non que la technologie  soit une panacée, mais un moyen actuel d’apprendre et de communiquer. Il va sans dire qu’une éducation aux médias est prévue.

Les enseignants  auraient  un important rôle à jouer au niveau de l’éducation aux médias. Ça presse… Comment trouver des informations, en valider les sources, développer son identité numérique, pour ne nommer que cela.
Toutes les 
applications utiles, dictionnaires et conjugueurs seraient à portée d’un clic.

Chacun pourrait lire , entre autres, ce qu’il s’est fait télécharger sur son iPad, à sa mesure et selon ses intérêts, en étant guidé en cela par les enseignants et à son rythme, à la façon de Yves Nadon. La littérature ‘papier’ n’y serait pas exclue, loin de là, et les budgets consacrés aux manuels scolaires si vite désuets seraient utilisés autrement.  La bibliothèque? N’y en a-t-il pas une, habituellement située tout près? Et puis, il y a les livres en liberté…Chacun en apporte et les fait circuler.

 Le matin, on  projetterait les présentations de la météo et des événements de l’actualité .  

L’ACTUALITÉ !  Voilà de pertinentes situations d’écriture et de lecture. Le vocabulaire, la géographie, les statistiques, la science et j’en passe    Des sites très bien faits se consacrent déjà à donner du sens aux apprentissages.

Il y aurait un horaire continu et les parents y seraient les bienvenus autant que faire se peut et à quelques heures d’avis.  Conciliation travail/ famille…
Les écoles alternatives m’inspirent, à ce sujet.

Et les mercredis… Ah! Les mercredis…  Ce serait journée de sortie éducative ou sportive.  En anglais.  L’occasion de vivre de vraies situations d’apprentissage dans une langue seconde qui s’apprend tellement mieux en immersion.
Les enseignants des autres matières, quant à eux, auraient alors tout le loisir de se concerter, de se ressourcer, de rencontrer des parents, et de parfaire leur formation continue.

Et laissez-moi tranquille avec l’enseignement religieux ou ce qu’on appelle maintenant Culture et Éthique religieuse.  Les enseignants ne sont pas à l’aise avec ça, pour la plupart,  et je crois que la dimension spirituelle des personnes se développe d’abord et avant tout dans la famille.

Les valeurs morales, par exemple, ça, c’est autre chose… Et ça s’enseigne par l’exemple, même à travers des leçons de mathématiques ou en sortie éducative. Avec les parents.
Ce ne sont pas des matières qu’on peut enseigner ‘à part’, encore ici, artificiellement et hors contexte. Les bonnes manières, ça s’acquiert par modélisation.

Les devoirs?   Connais pas.  Les enseignants  recommandent  d’écouter une émission, d’apprendre à cuisiner, ou de jouer à un jeu de société. Et avec leurs parents, quand c’est possible.
Le parent bien outillé saura rendre ces moments riches d’apprentissages.
Le lendemain, que de choses à raconter, par écrit, évidemment.

L’enseignement de l’écriture serait à l’honneur, à travers ces activités. Surtout l’enseignement des stratégies. Pas des mots prescrits et obligatoires qu’on oublie après avoir fait ‘le fameux contrôle de la semaine’. L’enseignement de l’apprendre à apprendre. Comment construire des phrases, enrichir son vocabulaire, préciser sa pensée, développer de bonnes méthodes de travail.

À l’image de l’école Des Coeurs Vaillants et du Centre d’apprentissage du Haut madawaska, ce milieu stimulant conjuguerait le projet en entrepreneurship de la première avec l’approche  utilisée au Cahm pour l’évaluation. Je trouve vraiment génial que la famille élargie et la communauté entière puisse consulter les travaux des élèves sur le site sécurisé de l’école. Pour être signifiantes, les situations d’écriture doivent être publiées. La communication devient facile et les mauvaises surprises lors des évaluations sont évitées, la plupart du temps.

Les élèves différents y trouveraient leur place, aussi, tant que c’est possible. Chacun a un rôle à jouer dans la vie 

Ah, oui, j’oubliais, il y aurait un ou deux chiens gentils…  Quel plaisir de les voir courir avec les enfants, à la récré !

Mais comme Noël ne m’a pas apporté de pouvoirs spéciaux cette année, va falloir retourner à la réalité.  Bonne année!   



Réflexions

Réfléchir, c’est mon truc, nous dit-elle.  Que c’est bon à entendre et à voir, ne trouvez-vous pas?

Combien de fois dit-on aux élèves de réfléchir, sans pouvoir les aider à y parvenir?

Si beaucoup d’enseignants ont choisi de faire ce métier et qu’ils l’aiment autant qu’ils aiment leurs élèves, il leur faut aussi apprendre  que répéter dix fois un message
de la même façon ne sert strictement à rien. Alors comment?

Si l’élève ne trouve pas de sens à ce qu’il fait, il ne se contente plus, et de moins en moins, de s’exécuter bêtement.  Je les soupçonne de vouloir réfléchir. 😉

Je lisais dans le journal, la semaine dernière, toutes les simagrées que certains enseignants font pour obtenir l’intérêt de leurs élèves. Je ne suis pas sûre d’être en accord.

Bon, il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain, c’est vrai, mais  s’il faut à ce point se défoncer pour simplement obtenir l’attention des élèves, je me dis qu’il doit y avoir quelque chose qui cloche, autant dans le contenu que dans la forme du message. Sans compter qu’il ne  faut  pas s’étonner que plusieurs enseignants y laissent leur peau.

D’autres ont choisi d’inverser les rôles: c’est eux, maintenant, qui s’interrogent pour comprendre pourquoi ils ne comprennent pas, pourquoi les élèves ne sont pas motivés, pourquoi l’enseignement qu’on leur donne ne trouve  pas de résonnance chez eux.

À ces enseignants, je lève mon chapeau.
Ils tracent la voie de l’avenir. En délaissant une logique de production qu’ils ont longtemps considéré comme allant de soi, ils s’engagent maintenant dans une véritable logique d’apprentissage.

 

Au-delà de l’utilisation de Twitter, on peut prendre connaissance ici un magnifique exemple de travail collaboratif et de construction du savoir en groupe, avec le TBI. 

Si d’aucuns ont décrié l’usage de celui-ci comme étant simplement une nouvelle façon de présenter des notions au tableau (autrement dit, de changer le tableau vert pour le tableau blanc), il en va tout autrement dans cet exemple.

L’élève écrit ici dans un but signifiant; celui d’être publié et lu par d’autres élèves, à la fois de sa classe et d’une autre classe. Comme on le constate, il ne se fait pas mieux pour stimuler le goût d’apprendre.

Pour compléter, ne manquez pas de voir comment Marc-André Lalande qui nous explique ici de façon concrète ce que signifie un véritable changement de paradigme, en éducation.

De quoi nous faire, nous aussi, réfléchir.

Bon visionnement!

Marielle Potvin, orthopédagogue



Qu’est-ce que PEDAYOGA ?
26 mai 2011, 11:43
Filed under: formation, influences, plaisir d'apprendre, ressources | Étiquettes:

Je crois beaucoup à l’aide que peut apporter le yoga dans la vie des petits…et des grands 😉
Namasté!

Marielle Potvin, orthopédagogue



Le 12e Symposium de l’AQED
11 mai 2011, 09:39
Filed under: écriture, plaisir d'apprendre, ressources | Étiquettes: ,

Si la très grande majorité des enfants de 5 à 16 ans fréquentent l’école, d’autres acquièrent leurs connaissances à domicile sous la supervision de maman ou papa.

On peut lire ici un article intéressant ,sur le sujet, tiré de  mamanpourlavie.com

En tant que professionnelle de l’éducation, on m’a invitée, ce samedi, à présenter une conférence sur un sujet de mon choix.

Il ne m’a pas été bien difficile de choisir ‘Le plaisir d’écrire’… 
 

Tel est donc le titre de cette présentation, qui se donnera dans le cadre du 12e symposium de l’AQED.

Cet organisme a pour mission d’informer les personnes intéressées au sujet des éléments suivants:

 1- les questions légales

 2- les ressources pédagogiques : les manuels et le matériel scolaire

 3- le meilleur moyen de s’entendre avec les écoles et les commissions scolaires

 4- les services d’évaluation des apprentissages et les examens

 5- le curriculum québécois et les contenus des divers programmes d’études pour chaque année scolaire

 6- les enseignants et les professionnels qualifiés pouvant agir en tant que personnes ressources pour les parents éducateurs

 7- la préparation aux études supérieures 

Encore une fois cette année, des ateliers variés et des conférenciers passionnés vous y attendent. Différents spécialistes du monde de l’éducation ainsi que de nombreux parents-éducateurs expérimentés seront présents. Plusieurs entreprises seront aussi sur place pour vous faire découvrir leurs ressources éducatives.

Voilà l’occasion rêvée pour faire le plein d’idées, de matériel et de motivation.

Au plaisir de vous y retrouver !

Marielle Potvin, orthopédagogue



Bonne fête aux supermamans!
7 mai 2011, 20:18
Filed under: plaisir d'apprendre | Étiquettes: , ,

On a un enfant, et on devient maman…

On a  un enfant différent, et on devient supermaman.

À vous toutes, bonne fête des supermamans !

Ce  projet a été  réalisé en  team-teachning grâce à la  complicité
d’éducatrices spécialisées exceptionnelles.
 
Brigitte Besnard et sa collègue Jocelyne Bérubé partagent leur passion auprès de vingt élèves ayant une déficience intellectuelle légère à moyenne avec ou sans trouble associé (dyspraxie, langage, audition) Ils sont âgés de 6 à 12 ans.

Elles les accompagnent tout au long de leur cheminement du primaire soit pendant 2 à 6 ans selon l’âge où ils arrivent avec elles.
Un très bel exemple de différenciation pédagogique.

Bravo à chacun de vous pour vos merveilleuses réalisations!

Marielle Potvin, orthopédagogue